Le botulisme

Rubrique

Dû à une bactérie libérant une toxine puissante, le botulisme se manifeste par une paralysie musculaire qui peut conduire à la mort dans certains cas.

L’affaire avait fait grand bruit au début du mois de septembre : dans la Somme et le Vaucluse, une tapenade artisanale d’olives avait envoyé 8 personnes à l’hôpital pour cause de botulisme. Rappelons que le botulisme est très rare (1 cas pour 2 millions d’habitants en moyenne). En cause, une mauvaise stérilisation des bocaux due à un matériel inadapté. Avec la nécessité du développement durable, on utilise de plus en plus des bocaux en verre ; or, ces contenants ne permettent pas de dépister une éventuelle contamination alimentaire qui se manifeste souvent par un « bombement » des conserves métalliques au niveau du couvercle.

STÉRILISATION INCOMPLÈTE

Dans le cas du botulisme, une mauvaise stérilisation peut donner lieu au développement d’une bactérie, plus exactement d’un bacille, clostridium botulinum, présent dans le sol, dans l’eau ou chez certains animaux. Une bactérie dont la dangerosité est liée à la production d’une toxine redoutable, la toxine botulique (ou botulinique), responsable de paralysies des membres, mais aussi de troubles respiratoires et cardiaques. Une toxine largement utilisée jadis par de célèbres empoisonneuses.

TOXINE BOTULIQUE

Chacun a déjà entendu parler du fameux « Botox », ce médicament que les médecins esthétiques injectent dans les rides afin d’en diminuer les reliefs via la réduction (réversible en quelques mois) de la contraction de certains muscles du visage. Le Botox n’est autre que de la toxine botulique (faiblement dosée !), une neurotoxine capable de relâcher les muscles, qu’ils soient situés sous la peau ou non. La toxine botulique inhibe en effet la sécrétion d’acétylcholine. Rappelons que l’acétylcholine intervient dans la transmission de l’influx nerveux, lui-même à l’origine des contractions musculaires en tous genres.

PARALYSIES MUSCULAIRES

Vous l’aurez compris, la con­­tamination botulique se manifeste par une para­lysie musculaire plus
ou moins importante. Les premiers signes interviennent dans les premières heures après l’intoxication et jusqu’à environ 5 jours après. Le botulisme se manifeste d’abord par une paralysie des muscles oculaires à l’origine d’une diplopie, autrement dit d’une vue double, comme lors de la loucherie, par une chute des paupières (ptosis), mais aussi par des vomissements et des douleurs abdominales. Autre signe assez typique, une sécheresse de la bouche et des difficultés de déglutition avec une paralysie de la bouche. Les muscles locomoteurs sont également paralysés, ainsi que les sphincters. Dans les cas graves, les paralysies du diaphragme, le muscle de la respiration, ou du cœur peuvent conduire au décès.

TRAITER LES COMPLICATIONS

Le traitement du botulisme est essentiellement symptomatique et vise à lutter contre les complications respiratoires et cardiaques de l’intoxication. L’hospitalisation en service de réanimation est donc inévitable et permet également de surveiller la déglutition. Un sérum anti-botulique existe, mais ne fait pas l’unanimité parmi les médecins du fait d’une efficacité très relative et des risques importants d’allergie. Quant aux antibiotiques, certes efficaces sur les bactéries, ils n’ont pas d’intérêt, car ce sont les toxines qui sont dangereuses. Grave, le botulisme n’est pas systématiquement mortel. Tout dépend de la souche exacte du bacille concerné : sur les 7 souches existantes, les souches A et E sont mortelles dans 60 % des cas. Fort heureusement, la souche B est la plus fréquente. Lorsque la souche incriminée n’est pas mortelle, le botulisme régresse spontanément en 2 ou 3 semaines.

PRÉVENTION

Le botulisme est souvent lié à la consommation de charcuteries* (lard salé, saucisson, jambon…), de légumes ou de crabes avariés, ou encore de conserves mal préparées, notamment celles de poissons. Pour détruire la bactérie, il faut une stérilisation à 121 °C pendant 30 min. La toxine, elle, est rendue inoffensive par une cuisson de l’aliment à 80 °C pendant 30 min également. Les conserves doivent être ensuite maintenues au froid. Ni le vinaigre, ni le sel ou encore la fumaison ne peuvent détruire la bactérie ou la toxine. Enfin, il est fortement conseillé d’éviter la consommation de conserves bombées et d’aliments à l’odeur suspecte.

LES VERTUS DE LA TOXINE BOTULIQUE
La toxine botulique permet d’obtenir un relâchement musculaire, d’où son utilisation ou son expérimentation dans de nombreuses situations pathologiques :
- Hypertrophie de la prostate
- Douleurs neuropathiques
- Douleurs pelviennes
- Rhinite chronique
- Epicondylite (tennis elbow)
- Fissures anales
- Ankylose douloureuse de l’épaule
- Incontinence urinaire
- Spasme des paupières (blépharospasme)
- Torticolis spasmodique
- Déformation du pied équin chez l’enfant
- Membre rétracté après un AVC
- Crampe de l’écrivain et autres dystonies
- Bruxisme
- Cervicalgies chroniques
- Syndrome du pyramidal (un muscle profond situé dans la fesse)
- Constipation sévère
- Vaginisme
- Spasmes intestinaux.

* En latin, botulus signifie saucisse.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de remèdes et recettes au Miel
Bien manger sans cuisiner
Champignons Comestibles
Favoriser la biodiversité dans son jardin