Sportifs, chouchoutez vos pieds !

Rubrique

À moins de ne pratiquer que la natation, le pied est l’objet de nombreuses sollicitations sportives à l’origine de blessures qui peuvent compromettre vos bonnes résolutions sportives de l’année.

Des dizaines de milliers d’appuis à la marche, en courant et même en station debout… autant de sollicitations plus ou moins violentes qui s’expriment sur un organe fragile : le pied. Et quand on y ajoute la sueur irritante, la chaleur en été, la macération et les contacts irritants avec les chaussettes et les chaussures, on comprend vite pourquoi les pieds des sportifs réclament de l’attention, au risque de souffrir d’ampoules, d’infections, d’hématomes et autres plaies.

Gonflement quasi obligatoire

Rien que de très normal : le pied gonfle dès lors qu’il est mis en mouvement, jusqu’à une taille et demie, voire plus chez certains. En cause, la chaussure (laçage forcé) et la chaussette (effet garrot si elle est trop serrée). En été, dans les sports de plein air, marche y comprise, c’est la température des revêtements qui explique le gonflement, notamment lors des activités sur route. Lorsque le bitume est surchauffé, se produisent alors un transfert thermique, par un phénomène de conduction lorsque le pied est posé au sol, et lors de la suspension, un réchauffement par la radiation de chaleur émise par le sol. Quant aux jeux sur la plage, le sable transmet la chaleur à laquelle vient s’ajouter la réflexion des radiations solaires sur cette surface claire.

L’impétigo, quand ça gratte

Des plaques rouges, suintantes, qui démangent et se recouvrent progressivement de petites vésicules, puis d’une croûte jaunâtre ? Il s’agit probablement d’un impétigo, une infection contagieuse due à un germe (staphylocoque ou streptocoque). L’impétigo fait souvent suite à un grattage important entre les orteils (en cas de pied d’athlète, par exemple). De son côté, la macération entretient l’infection.

Conseils :

1. Les antiseptiques, voire les antibiotiques par voie orale ou en pommade, s’avèrent inévitables si les vésicules continuent de s’étendre.
2. Evitez de vous gratter et sinon, lavez-vous toujours les mains après.

La star ampoule

Cette star des bobos des pieds qui n’épargne personne.

Conseils :

1. Appliquez un antiseptique sur l’ampoule (Biseptine, Hexomédine…).
2. Désinfectez une aiguille au-dessus d’une flamme, puis enfilez un fil en coton et percez l’ampoule, en laissant le fil en place afin qu’il dépasse de chaque côté et favorise ainsi l’évacuation du liquide.
3. Recouvrez l’ensemble d’un sparadrap dans le sens du mouvement du pied, à même l’ampoule, ou collez un pansement hydrocolloïde (Spenco, Comfeel, Duoderm….) qui permet d’accélérer la repousse cutanée. Si la peau est décollée, laissez-la en place afin qu’elle serve de pansement naturel permettant la repousse d’une nouvelle peau par-dessous. Elle constitue également une protection contre les frottements douloureux lorsque la peau est « à vif ».

Douloureux hématome sous-unguéal

Une chaussure trop petite au bout ? Une descente de montagne qui n’en finit pas ? Des pieds qui gonflent ? Autant de raisons de souffrir d’un hématome sous-unguéal, autrement dit d’une accumulation de sang sous un ongle, essentiellement le gros orteil, et liée à un frottement entre l’orteil et le renfort intérieur de la chaussure.

Conseils :

1. Chauffez le bout d’un trombone au rouge. Inutile de le désinfecter, la chaleur s’en est déjà chargée.
2. Percez l’ongle à deux reprises afin de favoriser l’écoulement. Rassurez-vous, l’opération est presque indolore dès lors que le sang s’écoule.
3. Puis appuyez sur l’ongle afin de chasser le sang.

Pofondes crevasses

Lorsqu’elles sont profondes, les crevasses situées le plus souvent sous le talon ou au niveau de l’articulation du gros orteil résultent de l’accumulation d’une peau trop sèche, trop cornée (hyperkératose), sujette aux frottements répétés, le tout souvent dans un contexte de macération.

Conseils :

1. En prévention, faites un bain de pieds dans de l’eau chaude, salée ou savonneuse, puis entamez la corne avec une râpe type « râpe à fromage ». Si la corne résiste, utilisez une pommade anti-verrues.
2. Après le bain de pieds, appliquez une pommade cicatrisante (Homéoplasmine, Urgodermyl, Cicatryl…). Reste également le Baume du Commandeur ou la pommade Neutrogéna anti-crevasses.
3. Avant d’enfiler vos chaussettes, en cas de sécheresse importante des pieds, graissez-les avec de la vaseline, de l’huile d’amande douce ou une pommade hydratante.

Échauffements

Les échauffements résultent de la chaleur interne (celle des pieds) et externe (soleil, bitume surchauffé…), mais aussi de la trame agressive de chaussettes inadaptées, sans parler de la sueur qui irrite la peau. Autant dire qu’on peut souffrir d’échauffement de la plante des pieds en plein hiver !

Conseils :

1. Soignez la chaleur par son contraire ! Prenez un bain d’eau froide en cas d’irritation et laissez vos pieds à l’air par la suite.
2. Puis massez-les avec une pommade assouplissante, à base de beurre de karité.
3. Portez des chaussettes adaptées.
4. Si vous êtes fragile, enduisez vos pieds d’une pommade anti-échauffement avant de pratiquer votre sport et talquez vos chaussettes pour plus de confort et diminuer les frottements.
5. Si vous êtes sujet aux crevasses, tannez la plante de vos pieds avec de l’acide picrique à 3 %.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Le jeûne : mode d’emploi
Les compléments alimentaires qui guérissent
Ma bible de la phytothérapie
Bourdonnements et autres maux d’oreilles