L’Hysope, pour vos bronches

Rubrique

Cette plante aromatique est une amie des voies respiratoires.

Comme le thym et la lavande, l’hysope (Hyssopus officinalis) aime les terrains secs de Provence où elle pousse en petites touffes de 50 cm de haut au maximum. Elle a de petites feuilles étroites et l’été, de petites fleurs roses ou violettes s’épanouissent sur la partie supérieure, près de la tige. Ce sont elles, et les feuilles, que l’on emploie pour soigner ses bronches.

DES PROPRIÉTÉS RECONNUES ANCESTRALEMENT
Les vertus de l’hysope sur les voies respiratoires sont réputées depuis des siècles. Sainte Hildegarde, célèbre phytothérapeute du Moyen-Âge, la considérait comme un « puissant remède des affections du foie et du poumon » et la mélangeait à d’autres fleurs pour chasser l’enrouement des nonnes chanteuses. Aujourd’hui, c’est encore et surtout pour son efficacité à soigner les bronches qu’on utilise l’hysope. Hippocrate, le « père » de la médecine (460-370 avant J. C.), la prescrivait « dans la pleurésie au cas où, sans avoir de râles, le malade ne crache pas convenablement ».

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les compléments alimentaires qui guérissent
Cuisiner autrement en automne
Chimiofolies
Les 3 clés de la santé