Pourquoi je suis devenue homéopathe ?

Rubrique

Pourquoi devient-on homéopathe ? Comment une maman médecin fait-elle passer les messages santé auprès de ses enfants ? Comment se soigne-t-on quand on est médecin ? Emmanuelle Lefebvre a accepté de répondre à mes nombreuses questions.

Par Virginie Parée

Il y a quelques années, j'ai eu la chance de rencontrer le Dr Emmanuelle Lefebvre, médecin homéopathe. Depuis, je vais la voir à peu près deux fois par an pour « réajuster les curseurs » quand je sens venir un petit déséquilibre de santé ou une fatigue morale saisonnière. Emmanuelle Lefebvre a eu la gentillesse d'écrire la préface de mon dernier livre sur les adolescents. Son texte a attisé ma curiosité.

Comment êtes-vous venue à l'homéopathie ?
Je ne suis (malheureusement) pas tombée dedans quand j'étais petite ! J’avais même plutôt un a priori négatif vis-à-vis de l’homéopathie.
J'ai fait mes études de médecine à Paris et je me destinais initialement à la chirurgie, mais j’ai rapidement réalisé les exigences de ce métier qui était incompatible avec mes choix de vie personnelle. D’où une certaine déception à la fin de mes études, déception qui s’est accentuée au moment d’aborder la thérapeutique, c'est-à-dire les différentes classes de médicaments ; cela m’a paru à la fois restreint et stéréotypé.
Ce « flottement » est devenu encore plus sensible après mon départ pour la Côte d’Azur, où j’ai suivi mon mari. J’ai dû recommencer difficilement une thèse à Nice. Je me sentais déracinée, en quête d’une nouvelle motivation. J’ai même postulé pour l’industrie pharmaceutique à l’époque, c’est dire… Je ne voyais pas comment exercer mon métier de médecin.
Après de longues et intenses années d’étude, cette période de rupture a été difficile, mais bénéfique. J’ai pu ouvrir un peu mes fenêtres, me poser des questions essentielles : « Qu’est-ce que la maladie ? » « Qu’est-ce que la guérison ? » Et, dans l’homéopathie, j’ai trouvé des réponses.
La rencontre s’est faite grâce à mes enfants. J’ai été confrontée à des syndromes post-vaccinaux importants ; l’aîné a fait une BCGite (c'est-à-dire une ulcération suintante au point d’injection du BCG) pendant des semaines et a développé un eczéma sur tout le corps, et le second des problèmes ORL suite au ROR. Mes convictions sur les vaccins en ont pris un coup.
J’ai expérimenté l’homéopathie pluraliste dans un premier temps et, même si le résultat restait superficiel, j’ai tout de suite pu constater des changements, souvent des aggravations, après les doses. Il se passait bien quelque chose, ce n’était pas que du sucre…
Rapidement, je me suis tournée vers l’homéopathie uniciste, que j’ai commencé à étudier et dont les résultats ne cessent de m’étonner depuis.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les compléments alimentaires qui guérissent
Cuisiner autrement en automne
Chimiofolies
Les 3 clés de la santé