La Grande Consoude, plante qui «ressoude»

Rubrique

Eh oui, elle nous répare quand on se blesse.

Très commune, la grande consoude (Symphytum of­fic­­­i­nale) est une plante qui peut mesurer plus d’un mètre de haut et qui a de grandes feuilles poilues et des fleurs roses ou violettes. Elle pousse un peu n’importe où, au bord des ruisseaux ou dans les prés humides et les fossés.

Jadis, on en mangeait les petites feuilles, découpées en lanières et ajoutées aux salades, mais ne le faites pas, ou à très petites doses, car la plante est vite toxique pour le foie. Certains conseillent de la préparer en soupe, mais attention là aussi : la plante contient des alcaloïdes toxiques, mieux vaut donc éviter. Idem pour les usages médicinaux par voie orale qui n’ont plus cours.

EN REVANCHE, METTEZ À PROFIT SES VERTUS EN USAGE EXTERNE !
Pour cicatriser
> Appliquée sur la peau, la racine fraîche de consoude, ébouillantée et broyée, soigne les gratouilles, les crevasses, les écorchures et même les piqûres d’insectes.
> Pour les femmes qui allaitent, la pulpe fraîche broyée est également idéale pour soigner les gerçures des mamelons.

Et en cas de fracture
Même en usage externe, la plante accélère la formation de nouvelles cellules, aussi bien en surface qu’en profondeur, ce qui expliquerait que les fractures guérissent bien plus vite quand on utilise la plante en cataplasmes. Par ailleurs, une étude allemande montre qu’une crème à base de consoude peut faire mieux qu’un gel anti-inflammatoire pour traiter les entorses de cheville.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les aliments qui guérissent (Poche)
Recettes gourmandes anti-cancer
Quelle contraception choisir ?
Faut bien mourir de quelque chose !