Et on mangera de bons légumes toute l’année grâce à notre AMAP!

Rubrique

À Donnemarie-Dontilly, on a la chance de pouvoir éviter les cocktails de pesticides dans les légumes. Et de manger toute l’année de bons produits locaux cultivés en agriculture biologique.

Anne et Florian se sont installés comme maraîchers en 2007. Le père de Florian, alors agriculteur céréalier, pouvait leur fournir les quelques hectares nécessaires, même s’il a fallu convertir les terres, jusque-là cultivées de manière conventionnelle. L’appellation « bio » est venue après 3 ans de production sans engrais de synthèse et autres insecticides chimiques. Et aujourd’hui, même les céréales qui environnent les cultures de légumes sont produites en agriculture biologique. Le père de Florian a su, lui aussi, décider de changer ses méthodes de travail, et son deuxième fils, Geoffroy, a rejoint le reste de la famille pour transformer le bon grain en farine.

L’AMAP DÈS LE DÉPART
Le réseau des Amap, en France, a été créé au début des années 2000. Ces « associations pour le maintien d’une agriculture paysanne » permettent un véritable partenariat entre producteurs et consommateurs. Pour les consommateurs, c’est l’assurance d’avoir toute l’année des légumes bio qui ont poussé juste à côté. Rien de meilleur pour la santé ! Pour les maraîchers, c’est l’assurance d’écouler leur production. À Donnemarie-Dontilly, des habitants ont contacté Anne et Florian dès leur installation ou presque pour mettre en route un tel partenariat et c’est ainsi qu’est née l’association « Les Pâtissons du Montois ».

L’ORGANISATION
Au sein de l’association, outre les membres du conseil d’administration et un bureau, comme dans toute association, sont désignés des « référents », ce sont des personnes qui ont des rôles particuliers : tenue du planning des présences aux distributions, relations entre consommateurs et maraîchers (ou autres producteurs)…

LA DISTRIBUTION
Les adhérents de l’Amap remplissent un contrat renouvelable chaque année et s’engagent à acheter un panier ou un demi-panier hebdomadaire, payable en avance. Chez nous, la distribution a lieu chaque vendredi, entre 18 h 30 et 20 h, sous la halle de la commune ou dans un endroit moins froid en hiver. Un des maraîchers, ou parfois Estelle, leur salariée, arrive avec la camionnette remplie de cagettes de légumes et la liste de ce qu'il y a dans le panier. Deux amapiens l'accueillent et l'aident à décharger puis inscrivent sur un tableau (noir) la liste des légumes à mettre dans le panier. Ce sont eux aussi qui installent les balances, arrangent les tables, proposent parfois un coup à boire… C’est le moment pour les maraîchers de recueillir les avis des adhérents, de boire un verre, de discuter… Chaque personne venue prendre ses légumes signe la feuille du registre. À 20 h, on remet les cagettes vides dans la camionnette.

CE QU'IL Y A DANS UN PANIER
Tout ce qu’il y a dans le panier est cultivé à Thénisy, à 4 km environ de Donnemarie-Dontilly. Les maraîchers cultivent aussi pour deux autres Amap, dans des villes plus éloignées. Mais l’idée consiste toujours à consommer le plus « local » possible. Chez nous, dans le panier de la semaine dernière (début octobre donc), par exemple, il y avait une énorme frisée, 4 aubergines, 1,5 kg de tomates, 4 poivrons verts, un bouquet de marjolaine, 2 kg de pommes de terre, 2 belles courges butternut et 2 grands verres de lentilles… Mais c’est très variable d’une semaine à l’autre et il faut accepter, quand l’automne et l’hiver sont là, de manger davantage de betterave rouge, de radis noir, de céleri, et puis on aura les carottes de garde, et toujours des pommes de terre… Le panier est plus ou moins rempli selon les vendredis, plus ou moins varié, et il faut se faire à l’idée de ne pas savoir à l’avance ce qu’on va y trouver. Pas facile pour les maraîchers de deviner, au jour près, ce qui sera mûr ou pas… Souvent c’est le matin même qu’ils décident, après des discussions parfois animées, de ce qu’il y aura finalement à la distribution.

LES ENGAGEMENTS DES AMAPIENS
Quand on s’engage, à l’Amap, on adhère à l’association et on signe un contrat en réglant à l’avance ses légumes (au mois ou au trimestre). Un panier revient environ à 20 €. On peut aussi choisir l’option demi-panier. À cet engagement matériel, essentiel pour les maraîchers qui peuvent ainsi investir dans les plants et les semis, s’ajoutent quelques obligations : deux fois par an, on s’inscrit pour participer à la distribution et on participe, selon ses possibilités, à quelques « journées à la ferme ». Évidemment, rien n’est 100 % obligatoire, mais on signe un contrat…

ET QUAND ON NE PEUT PAS ?
Certains amapiens ne viennent jamais aux journées de désherbage ou de ramassage des légumes, d’autres ne font jamais ou quasiment jamais la distribution… Alors ça peut agacer celles et ceux qui répondent toujours présents. Mais il y a souvent mille et une bonnes raisons de ne pas y aller, je l’écris d’autant plus librement que je suis la première à manquer à mes engagements. Le vendredi à 19 h 30, j’ai répétition de batucada et, très souvent, je travaille le dimanche dans le calme du bureau, au moment où d’autres arrachent les mauvaises herbes… Du coup, l’année dernière, j’avais décidé de ne pas signer de nouveau contrat. Et j’ai expliqué pourquoi aux maraîchers à l’assemblée générale, ce malaise que l’on ressent quand on a l’impression de ne « pas faire sa part ». Et ce sont eux qui m’ont finalement convaincue de me réengager. Chacun fait ce qu’il peut. Florian qui, au départ, était parfois déçu de l’investissement très « léger » de certains amapiens, explique qu’après 8 ans d’Amap, il a bien compris qu’il fallait accepter les implications variables (ou inexistantes parfois) des mangeurs de légumes.

ON S'INSCRIT MAINTENANT POUR LE PRINTEMPS PROCHAIN
La saison démarre en avril, mais on s’inscrit dès la fin de l’année précédente. Vous vous inscrivez en décembre 2015 pour un premier panier en avril 2016. Évidemment, cela demande de la patience, mais les maraîchers ont besoin d’une bonne visibilité en amont pour savoir à peu près ce qu’ils doivent mettre en culture. Et, en attendant, on peut goûter la production en allant faire ses courses à la ferme le samedi matin.

Pour vous inscrire à l’Amap si vous habitez près de chez nous : rendez-vous à la distribution à Donnemarie-Dontilly le vendredi soir entre 18 h 30 et 20 h (pour connaître le lieu, qui doit changer prochainement, renseignez-vous en mairie)
Ou bien sur le site internet : www.lespatissonsdumontois.fr
Pour aller à la ferme le samedi matin : La ferme du Chaillois, 71, rue Grande, 77520 Thénisy
Pour trouver une AMAP près de chez vous : www.reseau-amap.org

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de recettes d'anniversaire pour petits poly-allergiques
Mon cahier d'homéopathie
Mais pourquoi personne ne nous le dit ? L'alimentation santé des ados.
Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...