Le point sur les labels : gage de qualité ou astuce marketing ?

Rubrique

Aujourd’hui, nos supermarchés regorgent de produits labellisés. Mais, loin de nous faciliter la tâche, cette surenchère favorise la confusion et nous fait parfois prendre des vessies pour des lanternes. Alors, à quels labels se fier ? Quelles garanties nous apportent-ils ? Petit point pour séparer le bon grain de l’ivraie.

Les sociétés l’ont bien compris : les labels font vendre ! Alors, pour attirer le consommateur, les certifications fleurissent sur les emballages. Naturel, élevé en plein air, made in France, biologique, etc. Mais sont-ils tous un gage de sérieux ? Malheureusement, non. Bon nombre de soi-disant labels sont simplement de la poudre aux yeux pour rassurer le consommateur. Alors, à quels labels peut-on vraiment faire confiance ?

Le label AB et le label Biologique Européen
Depuis 2009, le label français AB (Agriculture Biologique) s’est aligné sur le label Biologique Européen, pourtant moins restrictif, notamment en matière d’OGM. Ce label biologique, qui répond à un cahier des charges officiel européen, vous garantit des produits cultivés sans pesticides et sans traitement chimique après la récolte. Dans le cas du vin, le label biologique garantit des raisins cultivés sans pesticides, sans désherbage chimique. Depuis l’été 2012, il garantit également un dosage réduit en sulfites lors du processus de vinification, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Le label Demeter
Le label Demeter, présent essentiellement en magasins bio, garantit des produits issus de l’agriculture biodynamique, selon les principes de Rudolf Steiner. Il respecte le cahier des charges du Label Biologique Européen, mais est plus exigeant que ce dernier. La biodynamie considère la terre comme un organisme vivant dont il faut respecter les cycles. Le label s’applique à la culture, mais également au processus de transformation.

Le label Nature & Progrès
Le label Nature & Progrès est également un label très exigeant. Il vous garantit que les produits sont 100 % biologiques, sans OGM, dépourvus de produits de synthèse, non testés sur les animaux, mais également respectueux du terroir, de l’éthique, des hommes et de la planète. Ce label s’applique à l’alimentation, aux cosmétiques et aux produits d’entretien.

Le label Bio Cohérence
Ce label, créé en 2010, est lui aussi plus exigeant que le label bio européen. Il garantit des produits bio à 100 %, dépourvus d’OGM. Il favorise la production locale et équitable. Pour les produits animaux, la surface par animal et l’âge d’abattage sont plus élevés que les exigences européennes.

Le label Rouge
Ce label a été créé en 1960 en réaction à la montée de l’élevage intensif et de l’agriculture industrielle. La qualité est contrôlée au niveau du processus de production et de transformation, mais les critères varient fortement d’un type de produit à un autre. Ici, pas de garantie environnementale, ni d’exigence de bio, mais des produits du terroir généralement de qualité.

L’Ecolabel européen
L’Ecolabel européen a été créé en 1992 pour garantir des critères écologiques au niveau européen tout au long du cycle de vie d’un produit. Cherchez ce label notamment pour les produits d’entretien, lessives, etc. Dans ce domaine, nombreux sont les produits qui portent des allégations telles que « naturels », « écologiques », etc., allégations le plus souvent trompeuses et uniquement destinées à faire vendre. Pour être certain que ce que vous achetez respecte de réels critères écologiques, fiez-vous à l’Ecolabel européen.

L’AOC et l’AOP
L’AOC signifie « appellation d’origine contrôlée ». Il répond à un cahier des charges qui garantit des produits en provenance d’un terroir précis lié à une région, un type de sol, un climat spécifique, une méthode de production et un « savoir-faire » ancestral…
L’AOP, « appellation d’origine protégée », est l’équivalent européen de l’AOC français. Ces labels n’incluent pas de critères environnementaux et ne garantissent pas d’office la qualité du produit, bien que ce soit souvent le cas.

Le label Max Havelaar
Ce logo indique des produits issus du commerce équitable. Il a pour but de garantir un revenu minimum juste et durable au producteur et de financer des actions sociales en vue d’améliorer les conditions de vie des petits producteurs. Par ailleurs, les OGM et certains pesticides sont interdits et les producteurs sont encouragés à passer progressivement à l’agriculture biologique. Cependant, tous les produits labellisés Max Havelaar ne se valent pas. Depuis que le commerce équitable a envahi les rayons des supermarchés, les critères sur lesquels se fonde le système ont été mis à mal. Privilégiez donc des produits du commerce équitable vendus dans des petites boutiques comme Oxfam ou Artisans du monde, plutôt qu’en grande surface.

Le label Bleu Blanc Cœur
Ce label privé a été créé en 2000 pour augmenter la teneur en Omega 3 des produits animaux. En enrichissant l’alimentation des poules, vaches, poulets, etc. avec des graines de lin, on améliore légèrement le profil nutritionnel omega 6/omega 3 des aliments qui en sont issus. D’un point de vue environnemental, la revalorisation des cultures de lin, luzerne, lupin, trèfle, féverole, etc. en lieu et place du maïs, du blé ou du soja, a un effet positif sur la biodiversité. Attention cependant, même labellisés Bleu Blanc Cœur, un salami, de la brioche ou une crème glacée, par exemple, restent des aliments à ne consommer qu’occasionnellement.

Le label FSC
Il s’agit d’un label apposé sur les produits issus du bois afin de lutter contre la déforestation massive. Ce label garantit que les produits ont été fabriqués à partir de bois provenant de forêts exploitées de manière écologique et durable. Il garantit, en outre, que les droits des populations locales et des travailleurs soient respectés.

Le label Cosmébio
Cosmébio Bio et Cosmébio Eco sont 2 certifications apposées sur les cosmétiques naturels.
La première vous garantit 95 % d’ingrédients naturels minimum, dont 95 % biologiques et 10 % minimum d’ingrédients bio sur le total des ingrédients.
Le seconde vous promet 95 % minimum d’ingrédients naturels, dont 50 % minimum biologiques et au moins 5 % d’ingrédients bio sur le total des ingrédients.
Ces 2 labels vous garantissent, en outre, que vos cosmétiques ne contiennent pas d’ingrédients dérivés du pétrole, ni de produits de synthèse.
Malheureusement, ce label ne contient aucun critère en matière d’emballage, de procédés de fabrication, etc.
Alors, pour le bien de votre peau et de la planète, envisagez de prendre soin de votre beauté avec des ingrédients naturels bruts comme les huiles végétales, les eaux florales, l’aloe vera… Vous limiterez ainsi les emballages et profiterez des bienfaits de produits concentrés alors que les cosmétiques, même bio, sont le plus souvent composés de 50 à 80 % d’eau.

Le label OEKO-TEX
Il s’agit d’un label suisse sur les produits textiles.
OEKO-TEX 100 garantit que ces derniers ne contiennent pas de substances dangereuses pour la santé.
OEKO-TEX 1000, quant à lui, concerne les critères environnementaux et sociaux des sites de production.
Le label OEKO-TEX 100 Plus vous garantit le respect de l’ensemble de ces normes sanitaires, sociales et environnementales.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de botanique
Mon cahier de lithothérapie
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Cuisiner autrement en automne