L’Araucaria du Chili

J'ai descendu dans mon jardin…
Rubrique

... je suis de ces arbres fossiles présents dès les premiers âges de la terre qui ont miraculeusement traversé les siècles et que vous pouvez toujours admirer, en cet instant, de votre temps. En moi, vivent et perdurent la trace et le goût de terres nourries de vies diverses, la trace et le goût d’airs et d’eaux à la composition changeante.

Je suis porteur d’une mémoire qui vous ferait frémir. La lenteur de ma croissance est égale à celle de ma longévité sur cette terre, car la hâte n’est pas la qualité qui m’a permis de survivre, seule la combativité m’a façonné. Mon pied est ancré dans le sol telle une patte d’éléphant et mes racines portent l’empreinte des bouleversements de la terre. Il ne tient qu’à vous d’être attentif à ce que je peux vous dévoiler. Certains le savent, Mes Enfants, les Pehuenches, tribu Mapuche, qui me respectent et que je nourris, car je suis Pehuén, leur père et leur mère, je suis... l’Araucaria du Chili !

Quelqu’un a dit de moi : « Grimper sur cet arbre a de quoi rendre un singe perplexe » oubliant que, dans ma région natale, il n’y a pas de singe !

• Nom commun : pin du Chili, pin araucaria, désespoir du singe, bourreau des singes
• Genre et espèce : Araucaria araucana
• Famille : ARAUCARIACEAE : plantes gymnospermes, arbustes et arbres à feuilles persistantes en écailles d’Australie, de Nouvelle-Calédonie, de Nouvelle-Zélande, de Nouvelle-Guinée et d’Amérique du Sud ; 3 genres et 32 espèces
• Origine : Cordillère des Andes et Cordillère de Nahuelbuta
• Hauteur : 30 à 40 m de haut
• Durée de vie : + de 1000 ans


L’Araucaria du Chili est, en général, une espèce dioïque (individu portant des fleurs soit mâles soit femelles), mais il arrive qu’un même individu porte des fleurs mâles et des fleurs femelles (il est alors monoïque).
Les rameaux principaux sont insérés horizontalement par groupe sur le tronc, formant des couronnes étagées. Les feuilles sessiles, persistantes, coriaces ont une durée de vie de 10 à 15 ans. En forme d’écailles triangulaires, elles sont disposées en spirale autour des branches et du jeune tronc, carapace défensive masquant l’écorce.


Les cônes femelles globuleux sont formés de très nombreuses écailles (environ 700) autour d’un axe. Un cône femelle devient mature au terme de deux à trois ans. De la taille d’un melon, il contient de 120 à 200 graines.


Les cônes mâles allongés et pendants poussent en groupe de trois à cinq. Mesurant de 7 à 15 cm de long, ils sont composés de multiples « étamines » vertes en forme d’écaille. Chaque écaille est porteuse de plusieurs sacs polliniques.

La résine est utilisée par les autochtones pour ses vertus médicinales dans les ulcérations de la peau. Les graines riches en amidon, séchées, cuites, sous la forme de pain et de soupe, sont la base de la nourriture des Pehuenches.

Découvrez nos livres santé

Mon cahier détox sucre
Le mensonge des antidépresseurs
Ma bible de la phytothérapie
D'ici et d'ailleurs les aliments qui guérissent