Agroforesterie

Un potager sous les arbres…
Rubrique

Innovation ou redécouverte de pratiques anciennes ? Peu importe, de plus en plus de maraîchers bio se lancent. Est-ce possible pour nous, jardiniers ?

L’activité au jardin est réduite, c’est le moment de trier, ranger, réparer… et de suivre l’actualité du jardinage. On parle beaucoup de production de légumes, de céréales, de petits fruits sous les arbres, voire d’élevage. Le nom savant de cette méthode : l’agroforesterie. Est-il intéressant de la pratiquer dans nos jardins ?

L’AGROFORESTERIE EXPLIQUÉE AUX JARDINIERS
En fait, c’est simple : les arbres forestiers ou fruitiers quittent les zones qui leur étaient réservées pour s’installer parmi les légumes, et cette association profite aux jardiniers. C’est déroutant, habituellement les arbres sont considérés comme gênants, ils font de l’ombre, consomment l’eau et les nutriments du sol ; il faut ramasser les feuilles… Mais ces arguments s’effacent si l’on pense jardinage bio, équilibre écologique du jardin et réchauffement climatique, et si l’on fait la balance entre avantages et inconvénients.

LES AVANTAGES DE L’AGROFORESTERIE POUR LE POTAGER
> Un effet réduit des excès climatiques sur vos cultures.
> Des besoins en arrosage diminués, car les arbres enracinés profondément remontent l’eau vers la surface.
> Des besoins en engrais limités.
> Une pollution des nappes phréatiques réduite.
> Une pollinisation réussie, des plantes en bonne santé.
> Le jardin cultivé ainsi fournit sur une même surface : des légumes, des rameaux issus de la taille des arbres, éventuellement des fruits si vous avez opté pour des arbres fruitiers et, à plus long terme, du bois de chauffage, voire du bois d’œuvre.

L’INTÉRÊT DECETTE MÉTHODE DÉPASSE VOTRE JARDIN
Elle contribue à la restauration d’un corridor écologique à l’échelle de votre quartier, de la zone où vous habitez. Les arbres stockent du carbone ce qui atténue les effets du changement climatique et, de façon significative, la teneur en matière organique des sols et leur fertilité.

QUELLES PLANTES SOUS QUEL ARBRES ?

GRANDS ARBRES
(plus de 4-5m de haut)
Pommiers de plein vent, abricotiers, pruniers (quetsches et mirabelles), cerisiers, merisiers, noyers(2), féviers (Gleditsia Triacanthos) et aussi les aulnes, le paulownia, les chênes…Les plantes herbacées tolérant l’ombreLes vivaces : chou marin, poireaux perpétuels, livèche, arroche, chénopode, épinard-fraise, rhubarbe…
Les annuelles : épinards, tétragones, poireaux, cucurbitacées, choux, persil…
ARBRES MOYENS
(entre 2,5 et 4 m)
Les fruitiers : pruniers, pommiers, poiriers, pêchers, cognassiers, mûriers, amélanchiers… Et aussi le lilas.Les herbacées héliophilesTomates, courges, poivrons, salades d’hiver, pois, fèves, haricots verts, fenouil, maïs, aubergines…
ARBUSTES
(entre 1 et 2,5 m)
Argousier, arbousier, Aronia melanocarpa, sureau, prunellier, autres fruitiers (pommiers, poiriers…) conduits en axe.Les légumes racinesRutabaga, pommes de terre, patates douces, betteraves, radis, panais, topinambour, persil, raifort…
BUISSONSCassis, groseilliers, myrtilliers, luzerne arbustive (Medicago arborescens), pois de Sibérie (Caragana arborescens) dont les graines sont appréciées des poules…Les rampantes ou couvrantesFraisier des bois, pourpier d’hiver, mâches, aspérules odorantes, pissenlit, cresson des fontaines, ail des ours…
GRIMPANTESPassiflore à fruits comestibles, vigne adaptée (Akebia quinata), kiwi de Sibérie, Kiwaï Ken’s red ou Nostino, haricot d’Espagne, haricot à rames, pois à rames…Les champignonsPleurotes, shiitaké…

Les exemples du tableau ci-dessus ont été testés par différents maraîchers ou jardiniers. C’est à vous de choisir, suivant l’espace, l’option choisie (potager-verger ou potager-forêt) et votre consommation de fruits et légumes.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les secrets d'un jeûne réussi
Mon cahier d’Homéopathie personnalisée
Les plantes qui guérissent (Poche)
Les clés de l'alimentation santé