C'est quoi, cette grossesse nerveuse ?

Contrairement à une idée reçue, une chienne qui fait une grossesse nerveuse n’essaie pas de vous faire comprendre qu’elle voudrait bien avoir des chiots. Elle est simplement victime d’un trouble hormonal et c’est purement médical !

LA "GROSSESSE NERVEUSE" PORTE TRÈS MAL SON NOM
Car elle tend à faire croire que la chienne pense attendre une portée parce qu’elle en a envie. En réalité, c’est tout l’inverse : en raison d’un dérèglement hormonal, la chienne présente des signes de gestation et du coup, pense attendre une portée, d’où son comportement. Mais cela ne correspond aucunement à un souhait de sa part ! Pour preuve, les chiennes stérilisées ne font jamais de grossesse nerveuse. Enfin, même si cela se produit plus rarement, les chattes (non stérilisées) peuvent elles aussi en être victimes…

CE QUI DOIT Y FAIRE PENSER
Au départ, c’est un subtil changement de comportement qui donne l’alerte : la chienne fait preuve d’une anxiété inhabituelle, elle est nerveuse et recherche les caresses. Parfois encore, elle se montre agitée et/ou perd l’appétit ou, à l’opposé, ne pense plus qu’à manger. Parfois, elle va même jusqu’à se concocter une sorte de petit nid ou bien couver un jouet de l’un des enfants de la famille !
Mais parfois, ce sont des signes physiques qui donnent l’alerte : ses mamelles se mettent à augmenter de volume et un liquide séreux peut s’en échapper . En réaction, la chienne se lèche ses mamelles devenues douloureuses, ainsi que la vulve, qui est le siège d’un œdème.

POURQUOI CELA ARRIVE
Tout cela n’a rien d’exceptionnel : 87 % des chiennes non stérilisées rencontreraient ce problème au moins deux fois dans leur vie. Alors qu’en l’absence de saillie et de gestation, l’ovule non fécondé devrait normalement disparaître, il n’en est rien dans la grossesse nerveuse. Il s’ensuit une montée de lait et des troubles du comportement de la chienne qui sont la conséquence (et non la cause) de cette pseudo gestation.

À PRENDRE AU SÉRIEUX
À court terme, le léchage des mamelles peut favoriser la survenue d’infections. Et à long terme, les chiennes qui font des grossesses nerveuses à répétition semblent présenter un risque accru de tumeurs mammaires… C’est pourquoi l’aide du vétérinaire est indispensable.

L’HOMÉOPATHIE, ÇA MARCHE !
En premier lieu avec des remèdes destinés à calmer la chienne comme Pulsatilla si elle devient trop nerveuse, collante avec son maître (alors qu’il vaut mieux donner Cyclamen si elle s’isole), ou Ignatia si elle est tellement angoissée que son appétit s’en trouve perturbé, qu’elle geint et baille souvent.
Ces traitements peuvent être associés à Thuya occidentalis en haute dilution (30 CH) en cas de gonflement de l’abdomen et/ou à Luteinum en haute dilution (30 CH) pour faire diminuer les symptômes physiques de la pseudo-grossesse (mamelles gonflées, etc.) et/ou Urtica urens en basse dilution (5 CH) au stade de sécrétion lactée.
Enfin, pour ceux qui ne savent pas trop quel remède serait le plus approprié, il reste la solution du complexe homéopathique avec Pseudogestyl® qui apporte, entre autres, Thuya, Ignatia, Cyclamen…

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Le jeûne : mode d’emploi
Les compléments alimentaires qui guérissent
Ma bible de la phytothérapie
Bourdonnements et autres maux d’oreilles