Hypothyroïdie auto-immune

La complémenthérapie à mettre en œuvre
Rubrique

Auparavant, la carence en iode constituait la cause principale du dysfonctionnement de la glande thyroïde. Ce problème d’origine nutritionnelle est aujourd’hui supplanté par un problème d’origine auto-immune responsable, à lui seul, de l’immense majorité des cas d’hypothyroïdie.

L'ÉVOLUTION VERS L'HYPOTHYROÏDIE SE FAIT EN TROIS ACTES
Acte 1 : apparition d’une thyroïdite auto-immune chronique (essentiellement thyroïdite d’Hashimoto) associée à la production d’auto-anticorps antithyroïdiens.
Acte 2 : les années passant, la thyroïdite auto-immune chronique se mue en hypothyroïdie infraclinique.
Acte 3 : progression vers une hypothyroïdie avérée, avec installation de signes et symptômes tels que fatigue, lenteur intellectuelle, ralentissement du rythme cardiaque, douleurs musculaires, peau sèche, frilosité, voix basse et rauque, prise de poids, constipation.

LES DEUX NUTRIMENTS-CLÉS
Le traitement médical habituel de l’hypothyroïdie souffre d’une grande faiblesse : il ne s’attaque pas au mécanisme auto-immun à l’œuvre dans la maladie la plupart du temps.
Or, il s’avère qu’il existe deux nutriments capables de diminuer de façon significative les taux sériques d’auto-anticorps anti-TPO : le sélénium et la vitamine D ! À condition qu’ils soient pris à dose efficace et pendant un laps de temps suffisant*.
La vitamine D est connue pour ses propriétés immunomodulantes et anti-inflammatoires, et le sélénium pour ses propriétés anti-oxydantes. Au sein de l’organisme, c’est dans le tissu thyroïdien que l’on trouve la plus forte concentration en sélénium ! La conversion de l’hormone T4 (forme inactive) en hormone T3 (forme active) nécessite la présence d’une enzyme à sélénium.
D’autres nutriments sont nécessaires au bon fonctionnement de la glande thyroïde : tyrosine, iode, manganèse, zinc, cuivre, fer, vitamines A, B, C, E, acides gras oméga 3.

LE GINSENG DES ANDES
Pour combattre la fatigue, rien de mieux que la maca, surnommée le « ginseng des Andes ». C’est un revitalisant général renommé pour sa faculté à augmenter la libido !
Il a pour grand avantage de régulariser le fonctionnement du système endocrinien sans stimuler parallèlement le système immunitaire. Or, il faut justement éviter de stimuler l’immunité en cas de problème auto-immun – ce qui exclut par là-même d’utiliser un certain nombre de plantes (échinacée, astragale…) et de champignons immunostimulants (reishi, maitaké…).

NOTES :
* Mazokopakis EE, Effects of 12 months treatment with L-Selenomethionine on serum anti-TPO levels in patients with Hashimoto’s thyroiditis, Thyroid, 2007 Jul ; Mazokopakis EE, Is vitamin D related to pathogenesis and treatment of Hashimoto’s thyroiditis ?, Hell J Nucl Med, 2015 Sep-Dec

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Voir aussi

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Maux d'enfants, poussées dentaires, rhumes, poux...
Additifs alimentaires : mieux les connaître pour éviter leur toxicité
Les clés de l'alimentation santé
Mon cahier de sorcière pour devenir immortel.le