L’algie vasculaire de la face…

… À ne pas confondre avec une simple sinusite !
Rubrique

Équivalent d’une migraine, l’algie vasculaire de la face se manifeste par une douleur terrible autour d’un œil et un larmoiement.

Appelée également né­vralgie migraineu­se de la face, l’algie vasculaire de la face (AVF) correspond à une forme de migraine particulière qui touche le visage et plus exactement la zone orbitaire, le plus souvent du même côté. À l’instar des crises migraineuses habituelles, l’AVF évolue par des crises quotidiennes de 15 minutes à 2 ou 3 heures, plutôt nocturnes (2 ou 3 accès par 24 heures) pendant plusieurs jours, jusqu’à 8 semaines parfois (souvent à la même période de l’année), d’où l’intérêt d’un diagnostic précoce afin de soulager rapidement les douleurs. Plusieurs années de calme peuvent séparer deux crises. Le risque principal de cette pathologie est d’attribuer cette douleur à une autre pathologie, et donc de perdre du temps avant de trouver en prenant traitement inapproprié et surtout inefficace.

Diagnostic clinique

Liée à un dysfonctionnement vasculaire associé à une perturbation probable du fonctionnement de l’hypothalamus, l’AVF pourrait concerner 0,5 % de la population, en majorité des hommes jeunes. Les examens complémentaires demeurent normaux. En d’autres termes, les caractères particuliers de la douleur et l’examen clinique doivent suffire au diagnostic.

Douleurs et larmoiement

Les symptômes de l’AVF peuvent égarer le patient comme le médecin vers des pathologies aux symptômes assez proches, et notamment la sinusite, les problèmes dentaires (abcès, carie, douleurs à cause des dents de sagesse…) ou oculaires (conjonctivite…) ou encore vers la fameuse névralgie du trijumeau (voir Rebelle-Santé N° 178). Ainsi, l’AVF se manifeste par des douleurs dites « péri-orbitaires » (autour de l’œil donc), mais aussi un larmoiement, une rougeur conjonctivale ou péri-orbitaire, un œdème des paupières ou un écoulement nasal précédé par un nez bouché. La nature particulière de la douleur, qualifiée d’atroce et semblable à une brûlure ou à un broiement, doit attirer l’attention, surtout lorsqu’elle irradie dans l’épaule, le front, la tempe (zone la plus douloureuse), l’oreille ou le cou. Autant dire que l’agitation est souvent importante et se caractérise par un patient qui ne tient plus en place, douleur oblige, et qui comprime son œil pour essayer de la soulager. Le diagnostic pourrait ne prendre que quelques minutes, mais il faut souvent 10 à 15 ans pour qu’il soit posé.

Traitement de la crise…

Sans surprise, le traitement de la crise requiert des médicaments anti-migraineux injectables, efficaces en 5 à 10 minutes. Autre traitement possible en cas d’échec du premier, ou en attente de l’injection, la mise sous oxygène au masque (7 l/mn pendant 20 mn). Le recours aux urgences hospitalières est donc nécessaire.

...Et traitement de fond

Entre deux périodes de crises, un traitement de fond est utile pour justement ne pas subir un nouvel accès douloureux, surtout lorsque les crises d’AVF s’avèrent chroniques et donc, fréquentes. Selon les cas, on peut utiliser le vérapamil (Isoptine) mais aussi le carbonate de lithium (Téralithe) ou encore l’indométacine (Indocid) et les corticoïdes. Enfin, signalons certaines techniques moins répandues, comme les interventions sur le ganglion sphénopalatin – ganglion incriminé dans les crises d’AVF –, certaines techniques d’irradiation ou encore l’implantation d’électrodes intracérébrales.

… Et lutte contre la récidive

La récidive est fréquente si la cause n’a pas été traitée. Mais certains traitements permettent de limiter le risque, comme les diurétiques, par exemple, sans oublier le régime sans sel, indispensable dans de nombreux cas.

POUR EN SAVOIR +
Association Française Contre l’Algie Vasculaire de la Face (AFCAVF) c/o Patrick FOUCHIER 5, Allée de Tourteau 33710 Samonac - www.afcavf.org

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Cuisiner autrement en hiver
Chimiofolies
Ordre et désordres
Mon cahier de beauté naturelle