Échappez à l’effervescence de la rentrée, restez au jardin !

Poursuivez vos vacances au rythme des récoltes et d’un peu d’entretien. En septembre, le jardin n’est pas plus exigeant que cela !

Vous retrouvez le jardin après l’absence des vacances

Dans ce cas, un peu de nettoyage s’impose pour qu'il profite de la rosée des matins et d’éventuelles pluies. Faites une tonte rapide de la pelouse pour éliminer les fleurs que vous ne voulez pas voir grainer et pour rabattre les herbes sèches. Il est préférable de ramasser les déchets de tonte pour laisser plus facilement la pluie pénétrer dans le sol ; ces déchets feront un excellent paillage au potager. Coupez les fleurs fanées, les tiges sèches, les plantes "grillées" par le soleil, tout ceci ira aussi au potager. Désherbez les massifs et les bordures pour donner un aspect plus soigné. En l’absence de pluie, arrosez copieusement si vous le pouvez, deux fois par semaine pendant tout le mois, et pulvérisez sur les feuillages un peu d’engrais à base d’algues en mélange avec de la décoction de prêle (1 litre de décoction pour 5 litres de solution).

*


Récoltez les légumes au fur et à mesure de leur maturité. Conservez les fruits issus des porte-graines pour récupérer les graines et les stocker.

Protégez les courges, melons et potirons, car ils risquent de pourrir ou d’être attaqués par les limaces s’ils restent posés sur le sol. Une ardoise ou une "tomette" suffisent.

Faites blanchir les céleris-branches, les cardes, les chicorées ; buttez les céleris boule.

Repiquez les salades d’automne (batavias, scaroles, chicorées), les poireaux, les choux de printemps.

Plantez les fraisiers, et nettoyez ceux qui restent en place.

Semez en pleine terre : épinard, laitue d’hiver, diverses salades, oignons blanc et rouge, navet, radis d’automne et d’hiver. La mâche se sème jusqu’en décembre dans la plupart des régions.

Semez des engrais verts ou les fonds de paquets de graines ; l’important est de ne pas laisser le sol nu pour éviter l’érosion. Pour aérer un sol un peu compacté, adoptez une plante à racine pivotante : navette fourragère ou radis chinois (les graines sont difficiles à trouver) ou encore radis fourrager (attention aux risques de repousses). Toutes ces espèces supportent le gel et pourront être broyées au printemps.

Aérez le tas de compost. Si vous avez du courage et du temps, videz votre composteur ou déplacez votre tas de compost. Ce brassage relancera la fermentation et ce sera l’occasion d’ajuster votre gestion du tas (arrosage ou ajout de plantes ligneuses ou broyage plus fin de certains déchets…) et aussi l’occasion d’en prélever une partie pour mettre une bonne pelletée au pied de chaque arbuste et dans vos massifs.

*


Étayez les branches trop chargées en fruits.

Récoltez les fruits à maturité. Pour les conserver, stockez-les dans un lieu frais et ventilé, non sans les avoir fait tremper rapidement 1 minute dans de l’eau à 50 °C avec quelques gouttes d’huile essentielle de clou de girofle (5 gouttes par litre). Vous devriez limiter ainsi les maladies fongiques.

Éliminez tous les organes malades des arbres ; c’est une bonne façon d’éviter la dispersion de l’inoculum par les pluies et de réduire le risque de maladies fongiques. Si vos arbres ont été très atteints cette année par la moniliose (prunier, cerisier, pêcher, cognassier…), traitez dès maintenant avec de l’oxychlorure de cuivre en mélange avec de la décoction de prêle diluée à 10 % (5 g par litre de décoction).

Limitez le feuillage de la vigne et des arbres fruitiers pour favoriser le mûrissement.

*

Rabattez les tiges des vivaces et annuelles qui ont fleuri, elles devraient, avant la mi-octobre, redonner encore quelques bouquets.

Relancez l’activité du sol qui s’est tassé, voire compacté, en surface pendant l’été : griffez légèrement la surface : cette aération, couplée à l’humidité de la rosée et des pluies, favorisera l’activité de la faune.

Nettoyez les arbustes (rhododendron, azalée, lilas, laurier fleur, camélia…), enlevez le bois mort, les rameaux mal orientés, redonnez-leur éventuellement leur forme habituelle. Ensuite, en pulvérisation foliaire, apportez de la prêle en mélange avec du purin d’ortie (1/3 de prêle, 2/3 de purin d'ortie) et maintenez l’arrosage jusque fin octobre en l’absence de pluie.

Taillez les arbustes des haies (troènes, buis…), le chèvrefeuille, la glycine. Pour la lavande, adoptez une forme ronde et ne rabattez que les parties vertes.

Bouturez les semi-ligneuses (fuchsia, anthémis, sauge arbustive…) et faites des boutures à talon (conservez un petit segment de bois au bout de la branche prélevée) de fusain, troène, thym, aucuba, céanothe, buddleia…

Soignez les dahlias, ils peuvent être très beaux jusque début novembre : griffez le sol et apportez du purin d’ortie dilué (1/4 de purin, 3/4 d'eau de pluie), éliminez les fleurs fanées régulièrement, supprimez quelques tiges qui poussent vers l’intérieur du pied de façon à favoriser la floraison. Faites de même avec les asters, les reines-marguerites et les chrysanthèmes.

Nettoyez le bassin, c’est plus agréable lorsque le temps est encore beau : sortez la vase qui s’est accumulée, refaites vos potées de plantes aquatiques et limitez certaines envahissantes : nénuphars, équisetum…

*


Aérez la terre des jardinières et des pots, arrosez et nourrissez les plantes qui peuvent encore fleurir ou installez, à la fin du mois, de nouvelles plantes pour avoir des fleurs cet automne.

Vérifiez l’état sanitaire des vivaces et des arbustes, et traitez, si nécessaire. Surveillez surtout la cochenille qui risque de contaminer toutes vos plantes lorsque vous les ferez hiverner.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Infections respiratoires, les prescriptions du Dr Valnet
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?
Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel