Ce que le printemps nous dit !

La nature est le premier guide d’inspiration
Rubrique

Tout en elle a la capacité d’éveiller les consciences des sens, libérant le pouvoir de créativité de ceux qui lui prêtent attention. À l’aube de cette nouvelle saison, l’énergie de la vie remonte à la surface, les forces corporelles s’activent et celles de l’esprit se font plus réceptives. Amis, réjouissons-nous, le printemps arrive !

Lorsque l’enfant paraît, son premier souffle déchire l’espace dans un cri dont on ne sait s’il est de joie ou d’étonnement. Au printemps, l’élan du renouveau pousse les barrières des glaces et soulève le rideau des brouillards dans un souffle qui se veut doux à respirer. Tel un nouveau-né, le premier cycle des saisons déploie une énergie nouvelle dont la nature a le secret. Le temps est prometteur d’expansion, c’est le moment d’entrer en communion avec les forces régénératrices de la vitalité, et le meilleur moyen pour commencer à le faire est de nous exercer à l’art naturel de la respiration.

Inspirer le présent, expirer le passé

Dehors ou chez soi, la faculté de respirer peut s’exercer au gré des suggestions de l’esprit. De cette manière, chacun devient le maître des cérémonies de régénération. En marchant ou simplement assis au calme, laissez-vous inspirer la mélodie de l’instant présent en choisissant de poser sur le courant de votre souffle des notes fluides et pures comme celles qui s’égrènent sur la harpe du temps présent. Puis expirez dans le courant inversé les pensées et les sentiments oubliés qui se doivent au temps passé. À chaque inspir, à chaque expir, tout en restant bien attentifs à l’écoute musicale de votre souffle, prenez conscience de respirer le printemps.

L’arbre de vie

Les arbres sont les gardiens du souffle vital. Protecteurs du temple de la nature, alchimistes et maîtres du temps, les arbres sont sources d’enseignements. Se reconnaître partie intégrante de l’énergie universelle dont l’arbre est un des patriarches, c’est entrer en communion avec la pure nature des éléments. Sous la coupe de l’emprise illusoire d’un confort vorace destructeur du vivant, la société moderne se nourrit goulûment des ressources terrestres. Combien de temps encore avant d’épuiser pour toujours les trésors essentiels ? À ceux qui le comprennent revient le devoir d’appliquer immédiatement un renversement de comportement. Moins d’exigence, davantage de patience. Plus d’attention, de gratitude et de respect envers tout ce qui permet la vie en chacun. Et de l’endurance dans l’application de la modération.

L’arbre totem

Autrefois, le monde concédait un pouvoir salvateur aux végétaux. Gens du peuple ou princes, tous sans différences, connaissaient les secrets des plantes, et les utilisaient pour soigner, pour guérir et même pour charmer. Certains un peu plus sorciers, savaient parler le langage des arbres et ne manquaient pas de leur confier leurs plus intimes requêtes.Encore fallait-il avoir appris à connaître la sagesse respective dont ils étaient dotés, car chaque catégorie d’arbre possède sa personnalité et ses talents privés. Le monde actuel serait bien en peine d’en faire autant, son intérêt étant porté sur des sujets plus immédiats et beaucoup moins subtils. Cependant, remontant d’un savoir ancestral, voici une liste pouvant servir de repères à qui souhaite trouver son arbre-support de vitalité.

L’arbre de la forêt

Entrer dans le secret de la forêt est une possibilité réservée aux privilégiés. Quelque chose en vous, une sorte de grâce vous en donne les moyens, ne soyez pas pressé. Prenez quelques instants de recul vis-à-vis de votre habituel fonctionnement puis émettez votre souhait de connaissance en le déposant mentalement sur le rayon de soleil virtuel de votre mental. Ce faisant, respirez et laissez-vous pas-à-pas découvrir le monde mystérieux des arbres de la forêt.

L’IF, gardien de la longévité

Par sa durée de vie franchissant les frontières de milliers d’années, l’if poursuit sa croissance alors même que son tronc vieillissant devient creux. Symbole de résurrection, il trouve naturellement sa place dans les cimetières, témoins silencieux de la continuité de la vie au-delà même des apparences. Sa teinture-mère concerne les organes vitaux coeur et reins et la structure osseuse sur laquelle elle possède une action antirhumatismale. L’if est le patriarche de l’hiver protecteur de toutes les saisons.

La posture de yogi de l’if est la traditionnelle posture de l’arbre telle qu’elle est pratiquée depuis la nuit des temps.

Pratique :

Repliez votre jambe pour appuyer le pied le plus haut possible sur votre cuisse et élevez les bras au-dessus de votre tête en gardant les épaules descendues. Comptez 5 respirations dans le maintien de la posture.

Le PEUPLIER, gardien de la vie et de la santé

Il s’élance vers le ciel au plus haut qu’il puisse aller. Le mouvement du vent passe allègrement au travers de ses feuilles en produisant une sorte de chant à la gloire du vivant. De ce contact privilégié avec l’espace céleste, il tient le pouvoir de parler avec les étoiles et de communiquer avec ces habitants. Le peuplier protège les cycles de la vie et préserve toutes sortes de richesses terrestres. Ami incontesté des peintres les plus célèbres, il est celui des artistes qu’il se fait un plaisir à inspirer.

La posture de yogi du peuplier étire le corps dans l’espace, redonnant à l’esprit toute sa liberté d’être.

Pratique :

Debout, les pieds joints, inspirez en montant vos bras aussi droits et tendus que possible. Comme une flèche qui traverse l’espace, sentez-vous libéré de toutes contraintes et respirez l’espace que cette posture vous permet de méditer. Puis relâchez vos bras, secouez tout votre corps en souplesse et en lâcher-prise et reprenez la posture étirée.

Le PALMIER, gardien de la joie d’exister

Né pour vivre centenaire, cet arbre rend hommage à la vie en lui souriant de tous ses attributs. Son énergie productive et joyeuse préserve sa promesse de longévité et son désir de progresser lui assure abondance et prospérité. Il fait le charme des pays ensoleillés, offrant à qui souhaite l’admirer la ligne élancée de son tronc sous le gracieux parasol de ses palmes.

La posture de yogi du palmier favorise l’équilibre et l’apprentissage de l’endurance qui, maintenue le temps de dix respirations, assure la bonification de l’ensemble du corps.

Pratique :

Debout, le dos contre un mur (pour assurer l’équilibre des débutants), montez sur la demi-pointe de vos pieds joints en gardant les talons collés. Étirez vos bras en joignant vos pouces. La paume des mains est tournée vers l’extérieur et les doigts écartés. Inspirez-expirez et gardez la posture.

Lire :
Les 12 sagesses des arbres : ce que les arbres nous apprennent pour vivre mieux !
de Vincent Karche aux éditions Leduc.S

16 €.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Maux d'enfants, poussées dentaires, rhumes, poux...
Additifs alimentaires : mieux les connaître pour éviter leur toxicité
Les clés de l'alimentation santé
Mon cahier de sorcière pour devenir immortel.le