Pour calmer son stress

Des recettes naturelles...
Rubrique

« Mai sans roses rend l’âme morose »

Les roses sont là, et pourtant, vous n’arrivez pas à apprécier pleinement ce moment. Un drôle de vent tourne autour de vous, de ce vent qui vous met sur des charbons ardents, qui trouble votre digestion et votre sommeil, qui vous fait perdre l’appétit, vous agite, vous irrite, vous inquiète... Un tourbillon entre l’affolement et l’exaspération. Vous êtes tout simplement stressés.
« ... le corps se met aux commandes et fait ce qu’il a à faire pendant que le cerveau se tient sur la touche, incapable d’autre chose que de siffler, taper du pied ou regarder le ciel... » Vous reconnaissez-vous dans cet extrait de Cellulaire, roman de Stephen King ?

Pour essayer de lutter contre le stress, il faut en trouver les causes. Je suis au regret de vous dire que le stress est quelque chose de naturel et de nécessaire, une « réponse de l’organisme aux facteurs d’agressions physiologiques ainsi qu’aux émotions qui nécessitent une adaptation. » C’est Le Robert qui le dit. Le stress est donc une réaction à une situation vécue comme agressive, qu’elle soit physique ou psychique mais... c’est vrai... une réaction qui, si elle se répète fréquemment, vous épuise. Gérer un stress qui correspond à une circonstance momentanée est acceptable, et pour certains, c’est même un moteur. Ce qui est insupportable, c’est le stress qui dure, celui que l’on n’arrive pas à chasser et à résoudre, et qui nécessite un cheminement et un travail complexe sur soi et sur la façon d’appréhender les événements.

En attendant, tentez de vous décontracter et essayez d’oublier un instant cette tempête, ce vent agité qui vous trouble. Respirez à pleins poumons (dans un lieu non pollué, cela va sans dire) et faites une petite cure de magnésium (qui est un décontractant naturel) en buvant des eaux minérales et en croquant du chocolat noir, des amandes et des noisettes...

Chaussez vos baskets, allez décrasser votre corps ainsi que votre tête en vous bougeant. Lorsque le corps est en mouvement, il sécrète des endorphines qui détendent le cerveau. Exactement ce qu’il vous faut.

Prenez un peu de temps pour vous préparer quelques tisanes et les boire, sans aucune précipitation. Inhalez des senteurs aux vertus apaisantes dans des bains et des massages. Profitez-en pour laisser votre esprit vagabonder ou philosophez autour d’une phrase d’Épictète : « Ce qui trouble les Hommes, ce ne sont pas les choses, mais le jugement qu’ils portent sur ces choses. » Et si vous avez encore du mal à vous décontracter, lancez-vous dans le bricolage : « Aucun stress ne résiste à une heure de travail manuel », d’après l’écrivaine Nicole de Buron.

Les incontournables plantes relaxantes

Rien d’exotique, mais des plan­tes connues pour leur action apaisante dans les troubles nerveux.
Concoctez-vous des infusions de tilleul, Tilia tomentosa (3 à 5 g de fleurs par tasse d’eau bouillante), de camomille allemande, Matricaria recutita (7 g de fleurs pour un quart de litre d’eau bouillante), de mélisse, Melissa officinalis (25 à 50 g de feuilles et fleurs par litre d’eau bouillante) ou de ballote noire, Ballota nigra (15 à 30 g dans un demi-litre d’eau bouillante (à mélanger avec un peu d’eau de fleurs d’oranger ou du miel de tilleul car son goût n’est pas agréable) que vous prendrez trois à quatre fois par jour.

Des tisanes aux senteurs douces et aux vertus calmantes

Infusion d’oranger

Dans un litre d’eau bouillante, versez 20 g de feuilles et fleurs de bigaradier, Citrus aurantium (si vous avez la chance d’habiter une belle et chaude région où les orangers doux, Citrus sinensis, poussent dans votre jardin, vous pouvez aussi récolter leurs fleurs et feuilles, les faire sécher et les utiliser à la place du bigaradier, les propriétés étant à peu près similaires). Couvrez, laissez reposer une vingtaine de minutes, faites tomber les gouttelettes accumulées sous votre couvercle dans l’infusion. Filtrez et buvez deux à trois tasses chaudes, dans la journée, en inspirant profondément les effluves apaisantes qui s’en dégagent. Vous pouvez aussi choisir d’ajouter une cuillerée à café d’eau de fleurs d’oranger dans un quart de litre de lait végétal bouillant. Fouettez pour faire mousser et buvez deux à trois tasses dans la journée.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Voir aussi
Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Ordre et désordres
Produits chimiques : l'overdose
Ma bible de l'homéopathie
Autisme : un nouveau regard, causes et solutions