En Juin, priorité à l’entretien du jardin !

Entre floraisons abondantes, premières récoltes et derniers semis ou plantations, concentrez vos efforts sur la régularité de vos interventions.

En juin, le jardin est structuré. Certes, quelques semis ou plantations complémentaires sont nécessaires, mais on attend surtout que ça pousse ! C’est à ce moment que les soins d’entretien sont essentiels : arrosage, protection sanitaire, taille, désherbage… Rien ne se fait sans observation attentive, c’est la meilleure façon d’anticiper et de respecter l’équilibre écologique du lieu.

Zoom sur la protection sanitaire

Cette année, avec le petit coup de froid de l’hiver, certaines larves ou formes adultes hibernantes ont pu être détruites, ce qui réduit le risque. Voici rapidement quelques solutions écologiques disponibles dans le commerce et à utiliser en ce moment pour lutter contre certains insectes « trouble-fête ».

Les nématodes, à pulvériser sur le sol ou les feuilles contre les taupins, les fourmis, les limaces.

Les coccinelles larves ou adultes contre les pucerons (voir photo ci-dessus).

Les coccinelles Cryptolaemus montrouzieri contre les cochenilles (farineuses, pulvinaires…).

Les chrysopes (Chrysoperla carnea) à utiliser en préventif contre les pucerons.

Macrolophus pygmaeus, un incontournable du potager pour lutter contre les aleurodes, thrips, acariens, chenilles, œufs de lépidoptères, larves de mineuse. On l’utilise, si besoin, d’avril à septembre.

Les phéromones sont spécifiques de l’espèce nuisible visée et s’utilisent en parallèle de pièges adaptés pour un temps limité, celui des vols d’adultes pour la reproduction. Ceux-ci sont piégés et ne peuvent donc pas pondre.

Zoom sur l’entretien 

Désherbage régulier associé au paillage qu’il faut compléter au cours de la saison. La suppression des herbes avant floraison est essentielle pour éviter leur dissémination.

Arroser en fonction du climat et de la croissance des plantes (voir ci-dessous "Jardinières de l'été écoresponsables" : certains conseils sont valables aussi pour les plantations au jardin). On évite de mouiller les feuillages et on l’associe au paillage ou au binage pour limiter l’évaporation de l’eau du sol.

L’apport d’engrais, en cette saison, c’est surtout de l’azote, car il accompagne la croissance des plantes. Donc, surveillez les plantes à croissance rapide et les gourmandes (feuillage abondant) : un manque d’azote se traduit par un aspect chétif, une pousse ralentie. Attention, l’excès d’azote diminue la qualité et peut être nocif pour l’environnement. Les formes d’azotes les plus adaptées en cette saison : orties séchées et broyées, poudre de sang ou de corne pour une action rapide et locale.

Pincement des extrémités pour favoriser la production de feuilles (basilic…), la mise à fruit (piment…) ou la formation des grosses fleurs (dahlia, chrysanthème…).

Suppression des organes malades.

Aération régulière de la terre dans les sols sablo- limoneux ou limoneux, parfois même s’ils sont couverts.

*

Récoltez artichauts, asperges (les dernières !), épinards, fèves, fraises, laitues, petits pois, pommes de terre primeurs, radis, rhubarbe… Pensez aussi à la camomille : ramassez les capitules floraux pas trop avancés, faites-les sécher rapidement à l’ombre et stockez-les au sec.

Semez betteraves, carottes de garde, courgettes, choux, maïs doux, chicorées d’endives et chicorées frisées, laitues d’été, mesclun, poireaux d’hiver, radis noirs et les haricots de toutes sortes. Et si les étés sont chauds, semez maintenant le fenouil pour qu’il ne monte pas à graine. Contre la fonte des semis due à un champignon, saupoudrez le sillon de poudre de charbon de bois.

Pensez à éclaircir assez tôt vos semis.

Repiquez tomate, melon, courgette, piment, poivron, céleri. Organisez la protection mutuelle des plants en les associant : le céleri protège le poireau contre la teigne, et l’oignon protège la carotte contre la mouche…

Activez la mise à fruit en pinçant tomate et piment, et le grossissement des caïeux de l’ail en le couchant et en nouant son feuillage.

Ombrez serre et véranda pour limiter chaleur et luminosité qui peuvent faire des dégâts sur vos plantes : utilisez du voile d’ombrage, des canisses ou du blanc à ombrer.

*

Récoltez les premiers fruits rouges : cerises, framboises, groseilles et les myrtilles (pensez à arroser régulièrement les myrtilliers, même après récolte). En dehors du verger, pensez à visiter vos amélanchiers qui donnent en ce moment de délicieuses baies. Attention aux chutes lors de la cueillette, soyez bien équipés et prudents !

Installez un filet contre les oiseaux pour gérer le partage !

Nettoyez le sol au pied des jeunes arbres et paillez copieusement ; pensez aussi à la surveillance des tuteurs et au palissage des petits fruits pour aérer la végétation et limiter les risques de maladies fongiques.

Régulez la charge sur les fruitiers (pommiers, poiriers, pêchers, abricotiers) avec un éclaircissage rigoureux et en arquant les branches trop vigoureuses qui ne portent pas de fruits. C’est à la fois la garantie d’avoir de plus gros fruits et celle de limiter l’alternance (1).

Luttez contre les maladies fongiques : supprimez les organes malades, traitez préventivement la vigne avec du soufre, évitez de mouiller le feuillage et, si le temps est humide, pulvérisez régulièrement de la prêle (décoction ou purin dilué au 1/10).

Surveillez les insectes, les auxiliaires ont déjà été installés, il est encore possible d’acheter des « kits » pour renforcer leur présence. Pensez aussi aux pièges contre la mouche des fruits et le carpocapse.

Prenez le temps de former vos arbres palissés ou de corriger l’équilibre d’un arbre abîmé : c’est le moment de faire démarrer artificiellement un bourgeon pour obtenir ensuite un rameau sur l’axe et dans la direction souhaitée = faites une petite incision de 3-4 mm de large et d’1 mm de profondeur juste au-dessus du bourgeon repéré.

*

Semez les vivaces, les bisannuelles (myosotis, giroflée, pensée, rose trémière) et éventuellement, si vous êtes en retard, les annuelles à croissance rapide.

Bouturez les clématites (il faut au moins deux paires d’yeux), les œillets mignardises en prenant les pousses extérieurs d’une touffe déjà en place, les géraniums, les hortensias et les bégonias.

Taillez les arbustes qui ont fleuri au printemps et les haies de persistants.

Taillez les rosiers après la floraison et supprimez les gourmands.

*

Éliminez régulièrement les algues filamenteuses et, éventuellement, les autres algues. Pour limiter ces proliférations, plantez des plantes oxygénantes comme Myriophyllum verticillatum.

Installez des plantes de rivage en les laissant plutôt dans un panier ou un conteneur pour qu’elles n’envahissent pas votre bassin.

Introduisez de nouveaux poissons, c’est le meilleur moment. Attention à la surpopulation. Renseignez-vous avant !

(1) Alternance = phénomène physiologique, une année de forte production est systématiquement suivie d’une année de faible production. Toutes les espèces et variétés n’alternent pas, c’est un critère à ne pas négliger dans le choix d’un fruitier.

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.
Les compléments alimentaires à l’épreuve de la science
Devenir acteur de sa guérison
Mon cahier d'homéopathie