Enregistrer

Il est peut-être temps de le mettre au régime

ven, 01/06/2018 - 00:00 -- Nathalie Szapiro

Ce n’est pas une question de mode printanière, mais une question de santé !

Il n’y a jamais eu autant de chiens et de chats en surpoids et/ou obèses et d’animaux malades en raison de cette surcharge pondérale. Les risques encourus ne sont pas anodins : l’obésité réduit de 30 % l’espérance de vie - soit trois ans et demi de moins pour un animal qui aurait dû vivre 12 ans - et expose au diabète, à l’insuffisance cardiaque, rénale, hépatique, aux cancers et enfin, à l’arthrose. De plus, s’il faut l’opérer, l’intervention est plus compliquée et les suites opératoires, plus longues.

Comment savoir s’il est vraiment en surpoids ?

La règle

Quand on regarde son animal avec les yeux de l’amour, on le trouve forcément parfait ! Il existe tout de même des critères plus objectifs ! L’obésité correspond à un surpoids de plus de 20 % par rapport aux standards de sa race (ou par rapport aux standards d’un chien de morphologie équivalente). Et cela va très vite : un animal de cinq kilos qui prend un kilo est déjà un animal obèse !

Attention, certaines races sont à risque – Labrador, Golden retriever, etc. – ainsi que les animaux stérilisés et/ou âgés.

La pratique

Pour le vérifier, surtout si le vôtre est de petite taille, vous pouvez le poser sur une balance ou vous peser avec lui pour calculer la différence. C’est plus compliqué si vous avez un animal trop lourd à soulever ou trop grand pour tenir sur votre balance. Il y a bien moyen de le peser chez le vétérinaire, mais à moins d’avoir rendez-vous rapidement, il vous faudra attendre pour avoir la réponse.

Pour vous faire une petite idée tout de suite, placez-vous donc au- dessus de lui : quand tout va bien, vous devez distinguer nettement sa taille, et à la palpation, vous ne devez avoir aucun mal à sentir ses côtes et ses hanches. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il est trop gros.

Enfin, s’il s’essouffle facilement, s’il évite de trop se déplacer et/ou s’il est un peu ronchon, c’est sans doute parce que ses articulations le font souffrir, et cela fait autant de preuves indirectes de son surpoids.

Au régime hypocalorique !

La règle

Un régime diététique hypocalorique, enrichi en fibres, est incontournable. Cela signifie qu’en parallèle, friandises et restes de table sont totalement supprimés et ce, par tous les membres de la famille ! De plus, il faut vraiment respecter la ration recommandée par le vétérinaire (ni plus, ni moins).

En revanche, il n’est pas interdit, bien au contraire, de fractionner ses repas car le fait de manger en deux ou trois fois lui permet de brûler plus de calories. Il faut aussi s’assurer qu’il ne pourra pas voler de la nourriture (dans la poubelle ou la gamelle d’un autre animal de la maison), faute de quoi, tout cela ne servirait à rien.

Jamais sans exercice !

La règle

Les animaux en surpoids bougent moins que les autres. Ils sont donc davantage exposés à la fonte musculaire. Or, moins il y a de muscles et moins l’organisme dépense d’énergie. Retrouver une activité physique minimale pour entretenir sa musculature est donc incontournable pour mincir et pour maintenir un poids normal dans le temps. Encore faut-il être très progressif car un animal trop gros et essoufflé ne peut rivaliser avec les exploits physiques d’un animal en bonne santé.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site...
Article paru dans le : 
Voir aussi : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer