Attention aux plantes toxiques !

Chiens et chats - surtout les plus jeunes - adorent grignoter les végétaux, et pourtant, ils feraient de piètres phytothérapeutes, car il leur arrive souvent de mâchouiller des plantes toxiques pour eux… 

Les plantes peuvent être dangereuses, mais les produits phytosanitaires aussi. C'est pour- quoi, avec un animal (et même sans cela, pour sa santé et celle de ses proches), la première mesure à prendre est de jardiner Bio. Peu importe si tout n'est pas parfaitement entretenu : l'avantage des petits lopins de terre en friche est qu'ils attirent toutes sortes d'insectes, lesquels n'ont pas leur pareil pour pousser un chat à piquer des sprints à leur poursuite et donc à faire du sport.

Éduquer ou empêcher l'accès !

Étant donné la gravité potentielle de certaines intoxications, mieux vaut prévenir. Comment ? Là est la question ! Il est possible d'éduquer un chiot et un chien adulte en lui disant « non » d'un ton ferme et en le renvoyant sur son panier à chaque fois qu'il fait mine de vouloir mâchouiller une plante (même si elle est inoffensive, sinon, il ne va pas comprendre pourquoi c'est tantôt oui et tantôt non). Cependant, l'apprentissage ne se fait pas en un jour et il peut y avoir des ratés. Dans ce cas, autant concentrer ses plantes les plus dangereuses dans un coin du jardin et en interdire l'accès à son chien, par du grillage, par exemple. Avec un chat qui n'a aucun mal à sauter, ça se complique. Il existe bien des grillages montant très haut, mais ce n'est pas très esthétique. Il y a bien moyen d'éduquer un chat, à condition de s'arranger pour que la « punition », lorsqu'il mange une plante, semble tomber du ciel : par exemple, via un système d'arrosage automatique dès qu'il s'approche des plantes toxiques. Sinon, il reste aussi la bonne vieille méthode du piquet au milieu de la pelouse, de la corde et du harnais, pour laisser votre animal jouer au dehors, mais sans possibilité d'accéder à vos plantes dangereuses. Dernière alternative enfin : n'avoir aucune plante à risque au jardin.

Quelques arbres, arbustes et fleurs toxiques à éviter

La liste est longue ! Parmi les plus souvent incriminés, on trouve les hortensias : leurs feuilles, leurs bourgeons et leurs fleurs entraî- nent surtout des troubles digestifs, mais en cas d'ingestion importante, des troubles cardiaques et neurologiques peuvent apparaître.
Quelques feuilles de buis entraînent également des signes digestifs et, dans les cas les plus graves, des convulsions et une paralysie. Heureusement, le buis n'a pas très bon goût, ce qui limite les risques d'en consommer beaucoup. Chez le chien qui mange des glands verts et des feuilles de chêne, souvent par jeu, le foie peut être atteint. Le laurier rose est toxique quelle que soit la partie de la plante consommée, avec des troubles digestifs, neurologiques et cardiaques à la clé. Les marrons du marronnier que le chien grignote, peuvent induire des troubles digestifs. L'ingestion de baies ou de feuilles d'un pommier d'amour ne fait pas mieux.

Chiens et chats se font encore parfois avoir par la digitale : la consommation de ses feuilles et de ses graines entraîne des vomissements, une hypersalivation, des diarrhées, des difficultés à uriner et des troubles cardiaques parfois mortels. Les chats, quant à eux, se font plutôt avoir par le muguet dont toutes les parties de la plante sont toxiques : signes digestifs, neurologiques et cardiaques sont alors à craindre.

Centre antipoison animal :
• le CAPAE (Centre Antipoison Animal et Environnemental de l’Ouest, centre-antipoison-animal.com, 02 40 68 77 40) et
• le CNITV (Centre National d’Informations Toxicologiques Vétérinaires, www.vetagro-sup.fr/centre-anti-poison-cnitv/ 04 78 87 10 40, 24 h sur 24) à Lyon.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Rhumatismes et maux de dos : les prescriptions du Dr Valnet
Mon cahier pour brasser de la bière
Poids : mode d'emploi
Ma bible de l'homéopathie