Éolide Rojo - Praticienne en Shiatsu

Chaque mois, nous partons à la rencontre d’un ou d’une thérapeute. Aujourd’hui, nous rencontrons Éolide Rojo, praticienne en shiatsu à Paris. 

Rebelle-Santé : Quel est votre parcours, pourquoi êtes-vous devenue praticienne en shiatsu ?

Éolide Rojo : Long chemin ! Je suis comédienne à la base. Après avoir démarré au Mexique, j’ai suivi une formation à l’école du mime Marceau en France. C’est à cette époque que j’ai commencé à ressentir l’énergie, en fait plutôt à la voir ! Je voyais les comédiens sur scène traversés par des lignes d’énergie, comme des rayons de soleil. Le plus « brillant » était le mime Marceau. Il arrivait à l’école en taxi, sortait de la voiture frêle, fragile, fatigué, petit. Une fois sur scène, transformé, il scintillait littéralement. J’ai énormément appris de son énergie, de son regard, même si à l’époque je ne savais pas mettre des mots ni expliquer ce que j’observais. Les traits lumineux étaient d’autant plus marqués qu’un comédien était impliqué émotionnellement, par exemple présentant sa propre création. 

Ce phénomène peut paraître étrange au grand public, mais il est très connu dans le milieu artistique. Les professionnels parlent de « rayonnements d’acteurs », c’est ce que l’on exprime généralement par « dans le film/la pièce, on ne voyait que lui », « elle explose à l’écran », « quel charisme ! » ; tout ce qui ne s’explique pas, mais qui parle à tout le monde. J’ai monté ensuite ma propre compagnie avec 2 autres femmes. Là, j’aidais moi-même les acteurs à s’épanouir. Mais je butais vite : je manquais d’outils pour les accompagner au mieux. 

Alors j’ai suivi une formation de danse-thérapie, et j’ai découvert que les schèmes de mouvement et les chaînes musculaires étaient liés aux méridiens énergétiques. Tel mouvement agit sur le méridien du Foie. Tel autre, de la Rate, etc. Tout m’y ramenait ! J’y ai rencontré une personne en formation de shiatsu. J’étais son « cobaye » et ça m’a fait un bien fou. À la suite de ma formation en danse thérapie, je me suis formée en shiatsu.

Le travail corporel, artistique, est votre fil conducteur pour accompagner les personnes ?

Oui, ma formation et ma sensibilité reposent sur le travail artistique avec le corps. Voir quelqu’un mettre des mots dans la bouche d’une marionnette et ainsi « aller mieux » grâce à cette distanciation m’a prouvé maintes fois la grande puissance du travail artistique, corporel, énergétique. Le corps ne ment pas. 

Mon stage de danse-thérapie en hôpital psychiatrique, une super expérience, a déterminé mon parcours en shiatsu. En ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail) – des établissements médico-sociaux dont l’objectif est l’insertion sociale et professionnelle des adultes handicapés –, j’ai aussi pu constater à quel point le travail corporel aidait en cas de handicap moteur ou mental. Au bout de 10 séances de shiatsu, des personnes en souffrance mentale ou psychique étaient ouvertes aux autres, plus proches (tout en gardant leurs distances), et provoquaient moins de conflits. Quand on ne se sent pas bien, que les émotions du passé (ou la peur du futur) nous rattrapent ou nous empêchent de vivre, certains n’ont pas la force ou l’envie d’exprimer cela avec des mots : un travail corporel peut donner des résultats spectaculaires et permettre à la personne de verbaliser certaines problématiques.

Vous avez aussi travaillé en EPHAD ? Donc avec des personnes âgées ?

Oui. Là, le shiatsu prend tout son sens. 

Cette pratique de la médecine traditionnelle chinoise permet de travailler sur les méridiens du corps, comme en acupuncture mais sans aiguilles : à travers des pressions et des étirements de ces méridiens. Le but : harmoniser l’énergie corporelle. La personne participe à travers la respiration. Il existe de nombreux shiatsus, certains doux, d’autres très toniques : on s’adapte à la personne. En EPHAD, c’est très doux : gym douce, étirements, gym énergétique (do-in). 

Le but est d’aider à retrouver une mobilité, à apaiser les angoisses, la tristesse et les souffrances psychologiques, à calmer aussi les douleurs physiques liées à la maladie, à l’immobilisation, aux traitements ou aux crispations musculaires (consécutives au stress). On améliore également les troubles intestinaux, si fréquents en EPHAD (constipation…). 

Le shiatsu en cabinet, ce sont des situations plus « simples » ?

J’ai de tout ! Enfants, adultes, tous les types de symptômes. Angoisses, hyperactivité, insomnie, maux de dos… peu importe la problématique de base (ce pourquoi les personnes viennent consulter), le point de départ est souvent émotionnel ou dû au stress. 

Le shiatsu y répond parfaitement. 

D’abord c’est un toucher, donc au-delà d’un travail énergétique sur les points et les méridiens, c’est une rencontre entre le patient et le praticien, le dialogue corporel s’établit entre deux personnes. Le patient reste habillé (manches longues et pantalon), je demande juste que les vêtements soient en fibres naturelles, de manière à bien sentir la chaleur, les vibrations. 

Je renoue ici avec ce que je sais et que j’aime faire : aider et accompagner d’une part, encourager l’expression du corps d’autre part. Un dos, un genou, une main peuvent communiquer et donner des choses, sachons les écouter !

Vous accompagnez aussi des couples qui ont du mal à avoir un bébé ?

Oui, l’une de mes spécificités est le travail sur la fertilité et les problèmes gynécologiques : endométriose, ovaires polykystiques, ménopause... Autant de problématiques avec une double composante physique et émotionnelle. Pour ce qui est des femmes enceintes, les praticiens en shiatsu sont tous formés à les accompagner. 

Pour trouver votre thérapeute :

*

 

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de sorcière pour devenir immortel.le
Mon cahier de bien-être aux 4 saisons
Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène
Les plantes qui guérissent (Poche)