Une boule sous la peau…

... et si c'était un kyste sébacé ?
Rubrique

Plus inesthétique que dangereux, le kyste sébacé est une pathologie très fréquente qui correspond à l’accumulation de sébum sous la peau.

Qu’il soit petit comme un grain de riz ou de taille spectaculaire, le kyste sébacé est une pathologie routinière en dermatologie. Soyons rassurants d’emblée : s’il s’apparente au sens strict à une tumeur, il n’est ni grave ni dangereux, même si certains peuvent toujours s’infecter. En revanche, il peut s’avérer inesthétique lorsqu’il touche le visage ou une partie découverte du corps, ou inconfortable lorsqu’il concerne une zone d’appui (dos, fesses…) ou une articulation (coude, genou…). Ces kystes concernent plus souvent les hommes à partir de la puberté.

Kyste

La définition du kyste est assez large et cette appellation peut s’appliquer à de nombreuses situations. De façon stricte, un kyste s’apparente à une cavité contenant une substance liquide, molle et parfois du vide ou des parasites (kyste hydatique). Il ne s’agit donc pas d’un amas de peau, de graisse, ni même d’un cancer. On peut trouver des kystes sous la peau, mais aussi dans certains organes comme dans l’ovaire, le sein, le foie, le rein…

Du sébum…

Difficile d’évoquer cette pathologie sans parler du sébum, substance grasse fabriquée par les glandes sébacées situées dans la profondeur de la peau (zone intradermique), à la base des poils. On parle de follicule pilosébacé. Le sébum protège la peau de l’humidité, du soleil, des agresseurs chimiques (détergents ménagers) et bien entendu du froid. Mais en excès, il bouche les canaux excréteurs qui débouchent sur la peau et favorise notamment l’apparition des boutons d’acné. Il existe environ deux millions de ces glandes réparties sur tout le corps, dont 400 à 900 sur le menton, le front et le nez.

… jusqu'à une boule indolore

L’obstruction du canal excréteur de sébum engorge la glande qui, ne cessant pas d’en produire, va grossir. D’où l’apparition d’une tuméfaction sous la peau, souvent du dos, du visage (paupières, joues…) ou du cou, au niveau des épaules ou du torse, autant de zones concernées par l’abondance des poils. Cette petite boule est dure, bien limitée sous la peau, mobile et surtout indolore. Sauf infection, la peau est d’aspect normal. En cas d’infection, et a fortiori en cas d’abcès, la peau devient localement rouge, chaude et douloureuse.

Ne pas confondre avec :

Un kyste pilonidal, autrement dit l’infection d’un follicule pileux ou autre (embryons de dent, cheveux, cartilage, os…), lié à une migration embryonnaire anormale. Le kyste pilonidal siège souvent au-dessus du sillon interfessier ou au niveau de la queue du sourcil.

Un kyste synovial, qui correspond à un petit épanchement de liquide articulaire (synovie), au niveau d’une articulation (doigt, main…). À la différence du kyste sébacé, le kyste synovial est désagréable, voire douloureux à la palpation et peut disparaître à la compression.

Bistouri

Certains petits kystes sébacés peuvent régresser sans traitement. D’autres vont se stabiliser ou augmenter. Le traitement radical passe par l’incision chirurgicale sous anesthésie locale et l’extraction de l’amas de sébum. Il est recommandé de ne pas presser sur le kyste avec ses ongles, au risque de favoriser l’apparition d’une infection. En cas d’infection justement, un pansement à l’alcool suffit généralement pour la soigner. Le kyste ne récidive que très rarement.

Causes

• Lésion cutanée ou incision
• Soleil
• Brûlure
• Intervention chirurgicale
• Anomalie génétique.

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Faut bien mourir de quelque chose !
Mon cahier des Fleurs de Bach
Le jeûne : mode d’emploi
Mon cahier de recettes d'anniversaire pour petits poly-allergiques