Covid-19 : et si l’aspirine sauvait des vies ?

Rubrique

Des chercheurs de l’Université du Maryland ont constaté que les patients hospitalisés qui prenaient régulièrement de faibles doses d’aspirine faisaient généralement des formes moins graves de la maladie.

Il ne s’agit pour l’instant que d’un constat après l’analyse de dossiers médicaux de 412 patients, âgés en moyenne de 55 ans. Le quart de ces malades prenait une faible dose d’aspirine (82 mg en moyenne), soit en traitement préventif cardio-vasculaire, soit juste après leur admission.

À l’examen de ces dossiers, les scientifiques ont remarqué que la prise d’aspirine au quotidien avait fait baisser de 43 % le risque d’admission en soins intensifs et de 47 % le risque de décès.

Les chercheurs attribuent ces résultats aux effets anticoagulants de l’aspirine.

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Ma victoire sur Parkinson
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?
Devenir acteur de sa guérison
Mon cahier pour brasser de la bière