Ustensiles de cuisine...

... 10 conseils pour bien les choisir

La nature des matériaux est capitale !
3 fois par jour (au moins), vous leur confiez vos aliments à découper, touiller, cuire… Mais vos ustensiles de cuisine méritent-ils votre confiance ?

C‘est drôle, les ustensiles de cuisine brillent généralement par leur absence dans les conseils pour une alimentation saine. Pourtant, ils comptent tout autant que les aliments eux-mêmes ! Vous pouvez acheter les plus bio des concombres, les fraises et les noix les « mieux nées » et les « mieux élevées », tout peut être ruiné par une casserole bas de gamme, un film étirable, une cuillère en silicone, un gobelet en bambou... Car certains matériaux sont « neutres » et ne « bougent pas », ni au froid, ni à la cuisson, ni à l’usure, alors que d’autres…

Le Téflon, par exemple, provoque des fumées toxiques, les PFOAs sont cancérigènes, l’aluminium est neurotoxique, le plastique est un perturbateur endocrinien, le cuivre est toxique à certaines doses, etc. Comme toujours, tout est question de qualité et de technique de fabrication. Par exemple, un silicone dans lequel on a ajouté du platine (cher) supportera bien mieux les fortes températures qu’un autre dans lequel on aura mis du peroxyde (bon marché). Et ainsi de suite pour tout, y compris la fonte, l’acier…

Éliminez le Téflon (PTFE ou polytétrafluoroéthylène)

Ce revêtement noir antiadhésif est ultra commun dans les casseroles, poêles, plaques à four… Le souci, c’est son usure/ses rayures ET le PFOA qui le « maintient » dans le fond. À une température supérieure à 250 °C, des molécules indésirables risquent de migrer dans l’aliment. Si vous utilisez votre matériel en Téflon, ce sera toujours à feu doux et un court temps (10/15 mn) pour une omelette, une julienne de légumes, des épinards fondants, une banane à peine revenue…  Mais s’il est rayé et/ou en présence de PFOAs, jetez-le sans regrets à la poubelle.

Éliminez l’aluminium

Il est hyper léger (ustensiles) et très polyvalent (papier alu). Mais dès qu’il est plié, froissé, en contact avec des aliments acides (jus de citron, vinaigre), des microparticules peuvent migrer dans les aliments. Ne parlons pas des barquettes et autres cassolettes jetables (également catastrophiques pour l’environnement !). 

Éliminez le silicone

Éliminez le plastique sous toutes ses formes (résine, mélamine, PVC, polycarbonate…)

Le quinté gagnant des bons matériaux : verre, inox, puis bois, acier (fonte naturelle), porcelaine

Ils ne bougent pas à la chaleur, au lavage, aux coups de griffe des couteaux, fourchettes… Pensez quand même à la qualité là aussi : par exemple, on le sait peu mais il y a verre et verre : préférez celui qui est super résistant à la chaleur (borosilicate, type Pyrex®). 

*

Ne vous faites pas avoir par le bambou

Vaisselle pour bébés et enfants, couverts jetables, lunch box, gobelets… très en vogue pour leur prétendu intérêt écologique (à discuter), ils ne sont pas en « bois plein » (comme une cuillère en bois traditionnelle), mais en « alliage » de bambou et de produits chimiques (pour faire tenir entre elles les particules de plante, puisque le bambou est une plante et non un arbre). Pour agglomérer tout ça, les fabricants ajoutent une résine faite de mélamine et de formaldéhyde. Lorsque la qualité est médiocre, les particules migrent dans les aliments.   

Le plus souvent, c’est la chaleur qui pose problème

Un ustensile utilisé « à froid » pose rarement souci. Mais n’abusez pas du barbecue et du wok (et de tout ce qui fume, frit, grille, carbonise), espacez four et poêle, concentrez-vous sur la vapeur, l’étouffée et la cuisson à l’eau, le mijotage, le pochage, tranquillement mais sûrement. 

Oubliez le revêtement en céramique, censée remplacer sainement le Téflon (mais en plus fragile et qui accroche davantage)

Optez pour du papier non blanchi

Papier cuisson, filtres (et sachets) à thé, à café, moules à pâtisser, barquettes de papier… 

Apprenez à parler le jargon du plastique

Le détail figure sur le produit dans un triangle avec un chiffre de 1 à 7. Évitez absolument le 1 (Polyéthylène Téréphtalate ou PET), le 3 (Polychlorure de vinyle ou PVC), le 6 (Polystyrène ou PS) et le 7 (tous les plastiques autres que ceux numérotés de 1 à 6, dont le polycarbonate). Avec les autres catégories, vous risquez moins de retrouver des particules de plastique dans vos aliments, ce sont les classes 2 (polyéthylène haute densité ou HDPE), 4 (polyéthylène basse densité ou LDPE) et 5 (polypropylène ou PP). Ne faites chauffer aucun plastique, quel qu’il soit, y compris les films étirables, même si vous voyez le signe « micro-ondes ok » dessiné dessus (barquettes pour plats à réchauffer notamment), et n’y mettez pas de boissons chaudes. 

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Découvrez nos livres santé

Apprenez à vous soigner ?
Mon cahier des Fleurs de Bach
Mon cahier des points qui guérissent
Les points qui guérissent