Je fais mes cosmétiques avec de l'huile essentielle de giroflier

Un petit clou par-ci, un petit clou par-là… c'est l'huile essentielle qui fait du bien là où ça fait mal ! La bouche est son terrain de jeu de prédilection, mais elle peut aussi soulager une douleur musculaire, un petit bleu à l'âme ou une fatigue générale… Une aide ponctuelle à ne pas négliger dans les produits cosmétiques faits-maison !

Particulièrement bien adapté aux climats tropicaux comme ceux de nos Outre-Mer (Île de la Réunion, Antilles), de Madagascar, d'Indonésie ou d'Afrique de l'Est, le giroflier est un grand arbre majestueux qui s'élève jusqu'à 10 mètres de hauteur. Il produit généreusement ses boutons floraux, qui prennent en séchant la forme de petits clous dont on tire l'huile essentielle.

On connaît les vertus de ces clous de girofle depuis les plus anciens temps, et les médecines traditionnelles indiennes ou chinoises utilisaient déjà ses propriétés antalgiques et assainissantes du milieu buccal : à l'heure où les dentifrices n'existaient pas, ils étaient déjà des alliés précieux pour une haleine avenante !

Une bonne huile essentielle de giroflier (ou de clou de girofle) est jaune, assez visqueuse et à l'odeur caractéristique, la même que celle des clous qui parfument, en cuisine, les pains d'épices ou les bouillons.

Indications

L'huile essentielle de giroflier, grâce à sa forte teneur en eugénol, est d'abord un puissant antalgique, qui agit particulièrement efficacement sur les douleurs dentaires et sur l'hygiène du milieu buccal. Mais elle cumule aussi de très nombreuses propriétés "anti" : antibactérienne, antifongique, anti-infectieuse, antivirale, antiseptique, antiparasitaire… et trouve encore des applications de tonique général, luttant contre les petites déprimes ou les fatigues passagères. Autant d'atouts à exploiter dans les cosmétiques faits-maison.

Précautions

L'huile essentielle de giroflier s'utilise avec parcimonie et en respectant certaines précautions. Son eugénol, qui fait sa puissance, est aussi un allergène que les personnes sensibilisées doivent éviter. Elle est assez fortement dermocaustique et ne doit pas être employée pure directement sur la peau, mais toujours soit diluée dans une huile végétale, soit en juste proportion dans une préparation cosmétique. Seule exception : on peut cibler un aphte au moyen d'une goutte déposée au bout d'un coton-tige, en veillant à ne pas toucher la muqueuse alentour. Enfin, elle est déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes, aux bébés et aux jeunes enfants (jusqu'à 12 ans), ainsi qu'en inhalation.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Découvrez nos livres santé

Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Mon cahier de recettes kombucha et kéfir
Plantes Sauvages Comestibles
Mon cahier de remèdes au bicarbonate