Remèdes nature

Rubrique

Eh oui, je me répète, « Au mois d’avril, la chèvre rit », c’est « le coucou qui me l’a dit ». Que voulez-vous, rien de plus tentant que cette verdure gorgée de suc qui jaillit de partout. De quoi rendre fou ! Contre l’excitation ambiante, mieux vaut rester au contact de la terre et ça tombe bien, parce que, à même la terre, il y a « l’herbe des sages » qui va vous apaiser. Et puis si vous avez la peau qui fleurit, le feu qui jaillit, les cailloux qui s’expriment... il y a aussi des fleurs, des gousses et des graines toutes tendres de la « gourgane »...

Rubrique

« C’est en mars que le Printemps chante et que les rhumatismes commencent. » C’est aussi en mars que l’on aime prendre l’air dès que le temps s’y prête. Mais attention, notre précipitation risque de nous coûter cher. Une chute est vite arrivée. Et l’on risque de se retrouver les quatre fers en l’air, le nez au ras des pâquerettes avec quelques « Fleurs de mars » et des feuilles de sanguisorbe entre les dents...

Rubrique

Cette plante réputée pour ses effets apaisants fait l’objet de nombreuses études.

Rubrique

En médecine ayurvédique (en Inde), on utilise cet arbre depuis des millénaires pour soigner des centaines de maladies. Feuilles, écorce, fruits, racines, fleurs… sont autant de remèdes naturels.

Rubrique

« À la Sainte-Bernadette, souvent le soleil est à la fête. » VITE, VITE, un peu de racine pour redonner de la verdeur à ma plastique et des feuilles pour retrouver une cervelle de jeune homme ou de jeune femme. Vite, vous dis-je, la Sainte-Bernadette ne dure qu’une journée ! Préparez les tisanes, que je puisse profiter de ce soleil ô combien espéré !

Rubrique

« En décembre et en janvier, pour ma vieille carcasse, de la racine qui vient de chez moi ou près de chez moi, il me faut. Mais, pour le moral, des fruits d’outre-mer et d’autres terres, de toutes les couleurs et de toutes les saveurs, je veux, dans mon verre ou dans ma tasse. »

Rubrique

Si c’est pour déterrer les racines de « l’herbe aux ânes » en pataugeant dans la boue, je ne suis pas sûre non plus que la fourrure soit ce qu’il vous faut. Alors, ma foi, ne soyez point bête...

Rubrique

« À la Saint-Élizabeth, tout ce qui porte fourrure n’est point bête », mais cela dépend de la région dans laquelle vous vivez et puis des circonstances. Si c’est pour cueillir « des pommes de Carthage » qui poussent dans les régions chaudes, vous n’aurez pas l’habit adéquat.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Poids : mode d'emploi
Mon cahier de Lithothérapie pour soigner les enfants avec les pierres
Mon cahier de beauté naturelle