La potomanie

Ou quand boire trop d’eau devient dangereux...
Rubrique

« Buvez beaucoup d’eau », « Buvez, éliminez », « Boire, le chemin de la santé »… on connaît tous ces slogans vantant les bienfaits de l’hydratation. Mais attention, si bien s’hydrater est important pour la santé, trop s’hydrater peut s’avérer grave. C’est le cas de la potomanie, un trouble du comportement qui pousse à boire plus que de raison.

La bouteille d’eau minérale toujours dans la main, un détour aux toilettes plusieurs fois par jour pour bien nettoyer son organisme et le purifier… les messages et autres slogans publicitaires vantant la nécessité d’être bien hydraté pour être en bonne santé sont nombreux. C’est vrai, à condition de rester dans des proportions acceptables. En temps normal, un ou deux litres d’eau minérale par jour suffisent. Mais dans certains cas, l’hydratation se compte en plusieurs litres, jusqu’à 24 pour certains ! C’est la « potomanie », connue aussi sous le nom de polydipsie, qui signifie littéralement : boire trop (d’eau). Elle s’accompagne tout naturellement d’une polyurie (urines claires et très fréquentes) de plusieurs litres par jour. Ce trouble du comportement alimentaire, même s’il ne s’agit que d’eau, est d’origine psychique et correspond à une forme de purification ou de purge.

POTOMANIE-MALADIE…
En pratique, la potomanie se caractérise par un besoin permanent et irrépressible de boire de l’eau (surtout) et ce, en l’absence d’un environnement ou de circonstances particulières (absence de canicule, d’effort sportif intense, etc.). Passant souvent physiquement inaperçue (au contraire des autres troubles alimentaires que sont l’anorexie mentale ou la boulimie), la potomanie peut être secondaire à une fragilité psychique ou à des troubles de la personnalité ou autres pathologies psychiatriques.

… OU POTOMANIE-HABITUDE ?
Gare à la potomanie-habitude, où l’absorption exagérée d’eau est le fait de la croyance amplement véhiculée par les industriels de l’eau qui veut que, pour être en bonne santé, il faut boire beaucoup. Sauf exceptions (canicule, épreuve sportive…), il n’est pas utile ni conseillé de boire 5 ou 6 litres d’eau par jour !

DU RISQUE D’INTOXICATION…
Un risque mortel existe lorsque l’apport hydrique dépasse les capacités d’élimination rénales (à partir de 10 litres d’eau par jour). L’eau va stagner dans l’organisme sous forme d’œdèmes liés au fait que le sodium (Na) est trop dilué dans le sang. Une crise d’épilepsie (par œdème du cerveau) ou un arrêt cardiaque (sodium trop dilué) sont toujours possibles. Enfin, l’abus d’eaux minérales, riches en minéraux donc, peut conduire à un surdosage (sulfates, sulfures, bicarbonates, nitrates…).

… À LA DÉSHYDRATATION !
Parmi les nombreux mécanismes de régulation hydrique, il en est une particulièrement efficace : l’hormone antidiurétique (HAD). Pour faire simple, quand on est déshydraté, sa synthèse augmente (afin d’éviter la fuite d’eau urinaire). Un potomane n’a pour ainsi dire presque plus de synthèse d’HAD. Un potomane qui s’arrête  de boire brutalement, du jour au lendemain, risque donc la déshydratation !

TRAITEMENT
La prise en charge de la potomanie-maladie est essentiellement psychothérapeutique et s’apparente à un déconditionnement. Quant à la potomanie-habitude, il suffit simplement de se convaincre que l’hydratation est largement assurée avec un à deux litres d’eau par jour, associée à celle contenue naturellement dans les aliments.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de botanique
Et si vous faisiez tout vous-même?
D'ici ou d'ailleurs, les points qui guérissent
Stress et sommeil, les prescriptions du Dr Valnet