Plantes d’intérieur, attention, les bestioles de l’hiver attaquent !

Rubrique

Entre chaleur et hygrométrie variable, le climat de la maison en hiver favorise quelques parasites, dont certains sont redoutables pour vos plantes d’intérieur.

En hiver, les plantes qui vivent sous votre toit sont protégées du froid, mais pas pour autant à l’abri des parasites et donc des maladies. Faisons un zoom sur les « bestioles » les plus fréquentes qui mettent en danger vos plantes d’intérieur.

LES ACARIENS
Les acariens ne sont pas des insectes, mais des arachnides. Ils fréquentent assidûment les plantes pour prélever la sève. Ce sont les symptômes qui alertent le jardinier : décoloration, dessèchement progressif et chute des feuilles, perturbation globale de la croissance et de la floraison. Prolifiques, mobiles, les acariens profitent de la chaleur sèche des maisons chauffées pour se développer.

LES ALEURODES
Les aleurodes, petites mouches blanches qui volettent autour du feuillage dès que l’on bouge la plante, sucent la sève et produisent du miellat. L’apparition de fumagine (champignon noir poudreux) sur les feuilles est classique et permet d’alerter. Très polyphages, elles apprécient la chaleur (> 20 °C) et un air plutôt sec.

LES PUCERONS
Les pucerons (aphidés) sont, en fonction des espèces, des petits insectes verts, jaunes, rouges ou noirs. Ils vivent en colonies et se déplacent en marchant, certains ont des ailes. On les trouve sous les feuilles et sur les jeunes pousses. Le miellat (substance luisante et collante qui apparaît) indique déjà la présence d’une colonie. Comme tous les insectes piqueurs-suceurs, ils affaiblissent la plante. Les feuilles se recroquevillent, se dessèchent, tombent ; la croissance stagne, les jeunes pousses présentent des difformités, les fleurs chutent… Le développement des pucerons est favorisé par la chaleur et l’humidité.

LES COCHENILLES
Les cochenilles sont munies d’un rostre, elles piquent les plantes et sucent leur sève. Ce sont les petits disques aplatis ou les petites écailles bombées ou encore les amas cotonneux qui signalent la présence de ces insectes au jardinier. Encore faut-il qu’il soit attentif, car bien souvent les cochenilles s’installent au point d’insertion de la feuille, sur la face inférieure des feuilles où elles peuvent, à loisir, aspirer la sève des nervures. On les voit parfois même sur les racines. Lorsqu’elles sont peu nombreuses, les dégâts passent inaperçus. Si une colonie se développe, la plante s’affaiblit, les pousses peuvent être difformes, les feuilles se couvrent d’une substance collante, le miellat, et/ou de fumagine (champignon poudreux noir), elles tombent et, dans les cas extrêmes, la plante meurt.

LES SCIARIDES
Les sciarides sont les petites mouches noires du terreau. Les adultes se nourrissent des déchets présents dans le terreau, ce qui n’est pas gênant pour les plantes, mais ils pondent dans la terre et les larves attaquent les racines.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Et si vous faisiez tout vous-même?
Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.
Mon cahier de Lithothérapie locale
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?