Pour en finir avec les ongles incarnés!

Rubrique

Des chaussures à bout pointu qui compriment le gros orteil, une mauvaise coupe de l’ongle, le port de chaussures à haut talon, un ongle plicaturé… il n’en faut pas beaucoup plus pour souffrir d’un ongle incarné, cette irritation permanente de l’un des bords de l’ongle du gros orteil qui va se traduire par un bourgeon inflammatoire rouge et douloureux.

Gros plan sur "l’incarnation unguéale"

L’ongle incarné se manifeste par un petit bourgeon douloureux et inflammatoire (le botryomycome) qui saigne au pourtour de l’ongle d’un orteil, le plus souvent au niveau du gros orteil. Un rubis sur l’ongle, en quelque sorte, qui s’accompagne d’une macération chronique. Il n’est d’ailleurs pas rare que du pus s’en échappe lorsqu’on presse sur le bourgeon. Cette pathologie bénigne correspond le plus souvent à une irritation de la peau lors de la repousse de l’ongle. Il faut savoir, en effet, que les ongles des orteils poussent à la vitesse d’environ... 0,05 mm par jour! D’où la lenteur d’installation de l’ongle incarné après une coupe.

De la coupe de l'ongle en biais...

Principale responsable de l’ongle incarné, la coupe en biais de l’ongle qui favorise le développement d’un éperon unguéal lors de la repousse, pareil à une épine qui rentre dans la peau et l’irrite de façon chronique. Cette épine provoque la formation d’un bourgeon inflammatoire suintant qui se surinfecte. L’infection entretient le bourgeon inflammatoire qui, lui-même, favorise l’infection. Un cercle vicieux s’installe dont on ne pourra sortir qu’en traitant l’origine du problème : l’épine unguéale.

... En passant par des chaussures trop serrées

Mais la repousse de l’ongle n’est pas la seule responsable dans la survenue d’une incarnation unguéale. En effet, des chaussures trop serrées peuvent comprimer les orteils. Ailleurs, ce sont des chaussures à talon haut dans lesquelles les orteils vont venir butter ou frotter contre le renfort antérieur. Dans des cas plus rares, l’incarnation est liée non à la coupe de l’ongle, mais à un ongle naturellement plicaturé ou de forme convexe ou encore à un choc qui a provoqué l’entrée de l’ongle dans la peau au niveau du bourrelet latéral interne ou externe. Signalons également qu’une artérite ou un diabète n’arrangent rien en matière de cicatrisation ou d’infection. Enfin, triturer son ongle avec une paire de ciseaux et blesser la peau sous-jacente peut entraîner un saignement suivi d’une infection et d’un bourrelet inflammatoire réactionnel.

Retirer soi-même l'éperon...

Dans un premier temps, le traitement nécessite une désinfection par un antiseptique (alcool à 60°, Bétadine®, Héxomédine®...) afin de supprimer le foyer infectieux. Pour autant, inutile d’espérer guérir de votre ongle incarné si vous ne vous êtes pas préoccupé de l’éperon unguéal qu’il va falloir retirer avec une paire de ciseaux à bouts effilés et pointus (vendus en pharmacie ou en rayon parapharmacie) en veillant à couper l’ongle de façon la plus droite possible. Après l’ablation de l’épine, posez dans le lit de l’ongle un pansement à base de tulle gras que vous changerez tous les jours pendant plusieurs jours. La cicatrisation complète peut demander 15 à 21 jours. Dans certains cas d’infection chronique, les antibiotiques sont nécessaires.

... Ou consulter un chirurgien

En cas d’échec, de récidives fréquentes ou si l’éperon paraît très « plongeant » dans la profondeur de l’orteil, on doit recourir alors à un geste chirurgical sous anesthésie (locale ou générale selon les cas) pour retirer définitivement l’épine unguéale responsable et retailler l’ongle en profondeur dans l’orteil, dans les règles de l’art.

Conseils

Vous l’aurez compris, la coupe à angle droit des ongles, et non "en amande", est la meilleure façon de prévenir l’apparition de l’ongle incarné. Le port de chaussures à bouts larges, dépourvues de talon haut, est recommandé. Rien ne vaut les sandales pendant les beaux jours qui permettent aux pieds de « respirer » et de se remettre de trop longues journées passées dans des chaussures serrées. N’hésitez pas, bien entendu, à consulter un pédicure pour une coupe de l’ongle dans les règles si votre gros orteil commence à devenir douloureux. Enfin, quand rien n’y fait, il reste alors la possibilité d’une orthonyxie, une technique qui permet de décomprimer l’ongle en modifiant sa courbure à l’aide d’un fil de titane qui va soulever les bords de l’ongle ou encore de techniques plus complexes qui consistent à remplacer l’ongle (onychoplastie et photopolymérisation).

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Rhumatismes et maux de dos : les prescriptions du Dr Valnet
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel
Les secrets d'un jeûne réussi
Ma Bible des aliments remèdes