Réflexologie pour toutes et tous avec Roman

Rubrique

Depuis trois mois, nous naviguons ensemble dans un « bateau de naturopathie » niçois… Aujourd’hui, je vous emmène vers les Alpes-de-Haute-Provence à la découverte d’autres thérapeutes, mais aussi d’un endroit particulier : Longo Maï.

Article écrit avec la collaboration d’Alain Desgranges

MON RÊVE…
Longo Maï est une communauté installée depuis 1973 sur 300 hectares près de Forcalquier. Elle est transnationale, mais aussi bien implantée localement ; ceux qui y vivent ont fait le choix d’un mode de vie solidaire, autonome et libre. Depuis que je connais Longo Maï, je me sens encore plus chez moi en France, car il représente un rêve que je porte dans mon cœur depuis l’adolescence. Je m’y rends régulièrement pour respirer, voir mes amis et parler avec eux de nos aspirations communes : la nature, l’avenir du monde… Je vous reparlerai prochainement de Longo Maï, car je vais aller y faire un stage pour apprendre à fabriquer une huile à la rose… Mais, pour le moment, nos pas s’arrêteront à Forcalquier, au cabinet de naturopathie partagé par trois thérapeutes : Mikaël Bouchant, ostéopathe et kinésiologue, ainsi que Marion Henry, naturopathe-iridologue et Roman Graf, réflexologue, venus tous deux de Longo Maï.
Pour continuer dans le domaine de la réflexologie, après le sage Georges Silva de Nice que je vous ai présenté le mois dernier, voici Roman, un jeune homme de 38 ans qui, lui aussi, s’intéresse à nos pieds. Roman est né et a grandi à Longo Maï dont il parle ainsi :

Nous avons des critères de vie communs dont aucun n’est érigé en loi ni figé sur le papier. Cela nous préserve d’une trop grande rigidité et d’un mode d’organisation qui pourrait être plus sectaire que communautaire. Cela nous oblige à remettre souvent en question nos structures et nos visions, nos questionnements et nos choix de manière horizontale. Nous cherchons constamment des méthodes de discussion qui permettent de prendre des décisions de façon démocratique. »

Plus jeune, Roman a essayé de vivre dans la société « normale », mais, lassé de l’importance donnée à l’argent, il est revenu à Longo Maï. C’est là que je l’ai rencontré.

QU’EST-CE QUI T'A CONDUIT À FAIRE DE LA RÉFLEXOLOGIE TON MÉTIER ?

C’est d’abord dans mon métier de berger que ma conscience du soin s’est développée. J’avais suivi une formation "classique", qui propose de soigner les animaux de façon symptomatique, avec des principes actifs chimiques. Cette approche m’est vite apparue insatisfaisante, je me suis donc tourné vers d’autres conceptions du soin vétérinaire qui utilisent des techniques naturelles dont j’ai pu constater l’efficacité : la phytothérapie, l’aromathérapie et l’homéopathie. »
Roman s’est rendu compte à ce moment-là qu’il lui fallait également changer de regard sur les animaux, l’environnement, leur alimentation et que la santé est un équilibre global. Cela l’a conduit à reconsidérer sa façon de se soigner et à s’intéresser aux médecines holistiques : Dans mon enfance on m’a soigné avec des antibiotiques. Jusqu’à l’âge adulte, j’ai eu des problèmes d’angines, d’otites et de sinusites qui revenaient presque chaque année. Ce n’est qu’après avoir reconsidéré mon approche de la santé que j’ai pu me remettre en équilibre, me passer d’antibiotiques et échapper à ces pathologies à répétition. »

NOS PIEDS : CARREFOUR ENTRE LE PASSÉ ET L'AVENIR
Roman explique que, comme les pieds sont la partie du corps la plus éloignée de la tête, cela permet d’agir en dehors de la sphère du mental qui a souvent tendance à contrôler et à figer dans des explications rationnelles des problématiques
de santé.

Il est parfois nécessaire de passer par le lâcher prise du mental pour laisser émerger ce qui est, sans jugements. »

Selon lui, nos pieds, qui nous font avancer tout au long de notre vie, portent en eux les traces laissées par nos cheminements passés.

Ils sont dans le moment présent un miroir de notre être, au carrefour entre le passé et l’avenir et représentent notre capacité de mouvement et nos blocages. En agissant sur eux, nous agissons sur l’ensemble de la personne, y compris sur des plans très subtils inscrits profondément dans l’inconscient de chacun. Nous permettons à des énergies d’émerger, à des dimensions de l’être non conscientes de se manifester. Nous contribuons ainsi à mettre du mouvement dans le corps afin d’aider la personne à avancer vers là où elle veut aller. »

Cependant, comme il le précise, le réflexologue ne peut pas aller plus loin que là où la personne est prête à aller et, ce, également dans son inconscient ou par rapport à ses ressources du moment.

C’est une pratique douce et respectueuse de l’être tout simplement et dans toute sa complexité… La réflexologie et toutes les techniques de soins holistiques partent du principe que le corps possède tout ce dont il a besoin pour se mettre en équilibre et que la maladie fait partie du processus de remise en équilibre ».

Pour Roman, il ne faut donc pas nécessairement la combattre, mais plutôt voir comment accompagner ce processus en agissant sur toutes les dimensions de la personne.

PLUS D'INFOS
Roman Graf, Santé au naturel : Les Aubarinnes, Avenue de Verdun, 04300 Forcalquier - 06 07 67 13 90

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Infections respiratoires, les prescriptions du Dr Valnet
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?
Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel