Jeûner en Bourgogne : une très belle expérience

lun, 01/07/2019 - 00:00 -- Sophie Lacoste
Rubrique : 

Martine Willot organise des stages de jeûne et randonnée. Je l’ai rencontrée en 2013, à Überlingen, au Congrès International sur le jeûne. On a tout de suite sympathisé et, depuis, j’avais très envie d’aller jeûner lors d’un des stages qu’elle organise. C’est ce que j’ai fait à la toute fin du mois de mai, dans les vignes du Sancerrois. Nous étions 8, dont mon amie Cécile, avec qui je partage souvent ce genre d’expérience.

Les deux équipes

Côté stagiaires, nous étions 8 venus d’horizons tous très différents : 6 femmes et 2 hommes. Côté accompagnement, Martine a veillé sur nous tout au long de la semaine avec Valia, venue de Belgique, qui dispense, entre autres, de délicieux massages aux huiles essentielles. Et c’est Robert qui menait la troupe à travers les vignes, le long des canaux et de la Loire pour les randonnées, nous faisant découvrir les asperges sauvages, ou remarquer un chevreuil plus loin dans un champ. Nous sommes arrivés un samedi à 17 h 30 et, une semaine plus tard, nous avions l’impression de tous nous connaître depuis toujours.

Une journée type

Chaque matin, rendez-vous à 8  h 30 pour un éveil musculaire. Valia nous faisait pratiquer le do in, pour réveiller en douceur l’organisme. Nous avions la chance, aussi, d’avoir parmi les jeûneurs une géniale prof de méthode Pilates. Une fois sur deux, c’est elle qui nous « prenait en main » pour nous assouplir. Ensuite, Martine nous rejoignait pour 5 minutes de cohérence cardiaque, une méthode à laquelle elle s’est formée et qui permet de rééquilibrer le système nerveux autonome (et de chasser le stress, la fatigue, mais aussi bien d’autres maux si on la pratique assidûment). Ensuite, un petit point de début de journée sur le programme à venir, puis venait l’heure du petit déjeuner : un délicieux jus de légumes et fruits frais dilué. Et à 9 h 30, départ en randonnée. Nous marchions 2 h à 2 h 30. Retour à la salle commune pour une nouvelle cohérence cardiaque de 5 minutes et au lit pour la sieste avec une bouillotte. Puis, après les activités de l’après-midi, nous nous retrouvions à 19 h pour le bouillon. Le dîner étant vite avalé, certains continuaient la soirée en jouant, en échangeant des recettes (de cuisine, oui oui !), en discutant, d'autres allaient directement se coucher.

De nombreuses activités

L’après-midi, nous avons pratiqué le yoga, le yoga du rire, et nous avions la chance de pouvoir aller au sauna avant de nous baigner dans la piscine froide. Je ne m'en serais jamais cru capable (la première fois, j’ai glissé et je me suis retrouvée dans l’eau sans le vouloir !), et ça donne une énergie incroyable. J’ai recommencé chaque jour.

Et des petits « plus »

Si on peut le faire (car ces activités sont « en supplément »), profiter de la pause de l’après-midi pour un massage est un vrai bonheur. Valia dénoue les tensions tout en douceur. Et plusieurs fois dans la semaine vient Delphine, réflexologue. J’ai aussi testé, non seulement ça ne chatouille pas les pieds, mais ça fait un bien fou.

Une écoute de chaque instant

Avec l’équipe accompagnatrice, on se sent vraiment rassuré, soutenu, et, même les « jeûneurs débutants » ont eu vite fait de chasser leur anxiété. Je pense aux deux hommes, très novices (mais très volontaires). Je suis sûre qu’ils ont bien apprécié cette attention de chaque instant, que nous avons d’ailleurs tous appréciée !

Le profilage alimentaire

Une des grandes qualités de ce stage, à ajouter à celles déjà évoquées, c’est le profilage alimentaire que Martine prend le temps d’étudier pour chacun. Le profilage alimentaire (selon Taty Lauwers, une autrice belge dont je vous recommande les ouvrages) est une méthode qui permet, à l’aide d’outils issus de médecines ancestrales croisés avec les techniques les plus récentes en nutrition, de connaître le profil alimentaire d’une personne et d’élaborer un mode alimentaire personnalisé qui entraîne un regain de vitalité et soulage de nombreux maux (maux de tête, problèmes de peau, douleurs articulaires, dys­- biose in­tes­tinale, fatigue chroni­que…). « Chaque personne est uni­que. Pourquoi devrions-nous tous manger la même chose ? », questionne Martine Willot, qui consacre une des dernières soirées à la préparation des menus pour les jours de « sortie de jeûne », évitant ainsi de laisser les jeûneurs livrés à leurs interrogations existentielles sur l’huile qu’ils doivent utiliser ou les pâtes avec ou sans gluten…

Ça vous tente ?

Les prochains stages ont lieu dans un petit château à côté de Vézelay, à Sermizelles, les balades doivent aussi être très belles dans ce coin de Bourgogne !

Pour en savoir plus, connaître les dates, éventuellement vous inscrire  : www.detoxalacarte.com

Paru dans le : 
Dans la boutique : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer