Ordre des Médecins : un rapport révélateur !

Rubrique

La Cour des Comptes, cette instance qui vérifie que les dépenses publiques soient justifiées, vient de contrôler l’Ordre des Médecins.

A priori, cet ordre devrait être le garant des « bonnes pratiques médicales ». Encore faudrait-il qu’il balaie devant sa porte, qu’il dépoussière ses étagères et qu’il montre davantage l’exemple…

Au-delà des graves défaillances de gestion relevées et d’un manque de rigueur manifeste dans la tenue des comptes, mais aussi d’abus en tous genres, le traitement des plaintes émanant de patients laisse carrément à désirer, en particulier lorsqu’il s’agit de plaintes pour des faits à caractère sexuel. Y aurait-il un lien avec la surreprésentation d’hommes (ce n’est rien de le dire : 91 % !), confortablement installés là depuis des décennies ? 

Certains évêques ont récemment dû s’expliquer face à la justice pour avoir couvert les pratiques des curés de leurs paroisses. Qu’en est-il des membres du Conseil de l’Ordre des Médecins ? Des exemples précis sont cités dans le rapport de la Cour des Comptes. Comment expliquer qu’alerté par plusieurs plaintes depuis 1988, le Conseil de l’Ordre ne réagisse qu’en 2006 et ne radie un médecin (depuis condamné par la justice pour viols et agressions sexuelles) qu’en 2013 ? Dans cette affaire, la Cour des Comptes souligne qu’ « il est apparu par la suite qu’un élu ordinal, dont la gestion de l’affaire avait été mise en cause par l’avocat général au cours de l’audience publique, lors de ce procès, et toujours en fonction en 2019, avait lui-même fait l’objet de plaintes de deux patientes différentes pour des faits à caractère sexuel. » 

Le rapport souligne que les plaintes à caractère sexuel sont le plus souvent négligées par l’Ordre, mises au panier ou sous une pile de dossiers à traiter. Le Conseil de l’Ordre attend que la justice pénale ait condamné le médecin pour sortir les éléments qu’il détient et éventuellement le sanctionner à son tour. 

Un médecin fait figure d’autorité. Ce statut lui confère du pouvoir sur son patient. Cette autorité, basée sur le savoir qu’il dispense au profit du patient, assied sa légitimité à conseiller, prescrire, orienter… Mais elle met aussi le patient dans un état de domination qui peut très facilement donner lieu à des abus.

Vous êtes une femme, vous venez pour une angine et le médecin vous demande de vous déshabiller intégralement, comment réagissez-vous ? Évidemment, tout le monde vous dira « Fallait l’envoyer balader, tu savais à quoi t’attendre… ». Mais rien n’est si simple. Car vous êtes censée lui faire confiance.

Certaines personnes auront la force de lui rétorquer qu’il ne leur semble pas nécessaire de se découvrir autant. Et le médecin s’en tirera avec une pirouette… D’autres femmes obéiront, ce qui ne les rend aucunement consentantes à quoi que ce soit et encore moins coupables. La plupart du temps, elles se tairont ensuite, submergées par la honte. Alors quand une patiente a la force de signaler ce genre d’abus, on pourrait imaginer que le Conseil de l’Ordre réagisse...
Eh bien non, si ce n’est pour couvrir les confrères.

Certaines affaires récentes avaient déjà mis en lumière les manquements du Conseil de l’Ordre en ce qui concerne les abus à caractère sexuel et ce dernier a enfin ajouté au code de déontologie, en mars 2019, un commentaire prohibant tout rapport sexuel entre praticiens et patients, considérant qu’il s’agit, de la part du médecin, d’un abus de faiblesse. Souhaitons que cela change un peu la donne.

Quand on lit le rapport de la Cour des Comptes (c’est long, mais édifiant), on se demande bien à quoi sert ce rassemblement de vieux mâles blancs assis sur un tas d’or (110 millions d’euros de patrimoine et 152 millions d’euros de réserve), si ce n’est à décrédibiliser une profession déjà aux prises avec tant de difficultés.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de Lithothérapie pour soigner les enfants avec les pierres
Les massages aux huiles essentielles qui guérissent
Mon cahier des points qui guérissent
Bourdonnements et autres maux d’oreilles