Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Avec l’aubépine…

... des recettes naturelles

L’aubépine est un arbrisseau épineux des haies et lisières des bois aux petites fleurs blanches et odorantes s’épanouissant en bouquets le long des rameaux. Les feuilles sont divisées en trois ou cinq lobes dentés. Autrefois, on attribuait à l’arbuste des pouvoirs magiques.

Une branche clouée devant une porte écartait la foudre, protégeait des maléfices et, si elle était portée par les jeunes mariés, assurait protection et bonheur.

Les aubépines que l’on rencontre dans nos contrées sont Crataegus oxyacantha (aubépine à 2 styles) et Crataegus monogyna à 1 style (un seul noyau par fruit). En phytothérapie, on emploie surtout la première, mais l’autre est aussi efficace. Vous pourrez cueillir vous-même la plante sans l’angoisse de vous tromper d’espèce. Et c’est tant mieux, car l’aubépine est fort utile en cas de troubles cardiaques, du système nerveux ainsi que ceux liés à la ménopause. Elle est antispasmodique, diurétique, tonicardiaque, régulatrice de la tension artérielle (qu’elle soit trop haute ou trop basse) et sédative du système nerveux (spasmophilie, troubles du sommeil et nervosité).

Les sommités fleuries, riches en flavonoïdes, sont excellentes pour l’élasticité des artères ainsi que pour la microcirculation. On peut les utiliser fraîches (toujours cueillies avant l’épanouissement complet des fleurs) ou sèches. Les feuilles ont les mêmes propriétés. Les baies, appelées cenelles, très astringentes, sont plutôt prescrites en cas de problèmes digestifs (diarrhée) et en usage externe pour traiter les irritations de peau et de gorge. Elles se récoltent en octobre-novembre et doivent être conservées sèches.

L’action de la plante n’est pas immédiate, il faut parfois deux mois pour qu’elle se fasse sentir. Patience donc. Aucun effet secondaire n’a été observé.

En usage interne

Pour régulariser le rythme cardiaque, en cas de palpitations, d’hypertension, de ménopause difficile et pour apaiser le système nerveux

Infusion de sommités fleuries : versez un litre d’eau bouillante sur 10 à 20 g de sommités fleuries. Couvrez, laissez infuser dix minutes et buvez une tasse trois fois par jour. En cure de vingt jours, stoppez une semaine et recommencez à l’identique. 

Pour garder des artères souples

Décoction légère : mélangez 50 g de sommités fleuries d’aubépine sèches avec 20 g de feuilles d’olivier, 20 g de vigne rouge et 10 g de verveine odorante. Comptez une cuillerée à soupe du mélange pour un quart de litre d’eau froide et portez le tout à ébullition. Aux premiers bouillons, stoppez le feu, filtrez et buvez trois tasses en dehors des repas.

*

En cas de troubles du sommeil

Infusion : dans une grande tasse, versez une cuillerée à café de sommités fleuries ou feuilles (sèches et coupées en petits morceaux) et couvrez d’eau bouillante. Laissez infuser dix minutes, en couvrant. Filtrez et buvez une heure avant de vous coucher.
Vous pouvez aussi mélanger 50 g d’aubépine avec 25 g de valériane et 25 g de passiflore. Faites infuser une cuillerée à café de ce mélange dans une tasse d’eau bouillante pendant dix minutes, buvez au coucher.

En usage externe

En cas de maux de gorge

Dans un litre d’eau bouillante, versez une poignée de baies. Couvrez, laissez reposer 15 à 20 minutes, filtrez et faites trois à quatre fois par jour des gargarismes.

Pour les peaux irritées et sèches et en cas de rougeurs 

Macérât huileux : remplissez le fond d’un pot en verre de sommités fleuries fraîches à peine écloses, en coupant les tiges en petits morceaux. Couvrez d’huile d’olive ou de tournesol. Protégez l’ouverture avec une gaze et laissez macérer au soleil (derrière une vitre) pendant trois semaines en tournant le bocal tous les deux jours. Filtrez et appliquez sur votre peau une fois par jour. 

Pour allier le plaisir au curatif

Les jeunes feuilles à peine écloses du printemps peuvent se consommer en salade. Les cenelles, très nutritives, sont riches en amidon et en vitamine C. Elles peuvent être cuites, passées au moulin à légumes et ajoutées à la composition de purées, cakes ou galettes. Une fois sèches, elles agrémentent vos céréales du matin ou vos crudités.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Pour aller plus loin

La fausse bruyère (Calluna vulgaris)

« Quand vient St Matthieu, à l’été on dit adieu. » Alors, récolte les dernières pailles et derniers grains avant que la pluie ne les gâte, puis va dans les landes et remplis ton panier des grappes de la « bucane ». Ainsi tu pourras soigner ton moral, ta peau, tes reins et tes os.

Des recettes naturelles avec la prêle des champs

La prêle des champs, Equisetum arvense, pousse dans les milieux humides et argileux. Contrairement à la prêle des marais (toxique), la prêle des champs a, soit des tiges uniquement terminées par un épi, soit des tiges stériles sans épis mais avec des feuilles. Et ce sont ces tiges feuillues qui apparaissent après les tiges en épis, ces “queues de cheval”, que vous récolterez. Si vous avez des doutes, procurez-vous la plante en herboristerie. La prêle est très riche en silicium, calcium, fer, magnésium, potassium… Elle est reminéralisante, diurétique et cicatrisante, et garantit votre bien-être mais également celui de votre jardin. Les tisanes et autres préparations doivent être prises en interne sur un temps court plusieurs fois dans l’année. Elles sont déconseillées chez les jeunes enfants et les femmes enceintes.

L’Agripaume (Leonurus cardiaca)

Une odorante bien difficils à ramasser cette « herbe des tonneliers », parce que ses fleurs sont dotées de piquants rébarbatifs. En espérant qu’il fera beau le 21 juin… puisqu’il paraît que « les herbes de Saint-Jean gardent leurs vertus tout l’an ».