Filtres dangereux pour la santé…

Apprenez à choisir votre crème solaire

Le soleil est indispensable à la vie et très bon pour la santé. Mais on sait aussi que ses rayons comportent des aspects plus nocifs (coups de soleil, vieillissement prématuré de la peau, mélanomes…). À moins de rester à l’ombre (ce qu’on ne saurait faire tout l’été), le meilleur moyen de bronzer sans danger reste la crème solaire. Pourtant, parfois, la protection semble aussi problématique que l’exposition…

DE QUOI EST COMPOSÉE UNE CRÈME SOLAIRE?
Essentiellement d’eau, de corps gras, de quelques émulsifiants pour lier le tout, et bien sûr, de filtres UV. Et ce sont bien ces filtres qui peuvent poser problème, surtout quand ils sont synthétiques ou chimiques.

LES FILTRES SYNTHÉTIQUES À ÉVITER
Ils ont des noms compliqués, mais on gagne à étudier d’un peu près la liste des ingrédients de sa crème solaire (toutes les substances qui la composent doivent y être mentionnées).
Parmi les filtres les plus douteux :
=> Benzophenone-3, -4, -5
=> 3-Benzylidene camphor (3-BC)
=> Butyl methoxydibenzoylmethane
=> Ethyhexyl dimethyl PABA
=> Ethylhexyl methoxycinnamate
=> Ethylhexyl triazone
=> Homosalate
=> 4-Methylbenzylidene camphor (4-MBC)
=> Sodium phenylbenzimidazole sulfonate

L’ALTERNATIVE MINÉRALE
=> Des filtres minéraux d’origine naturelle peuvent remplacer les substances chimiques, sans leurs effets secondaires. Dans la liste des ingrédients, ce sont surtout les Titanium dioxide (CI 77891) et Zinc oxide. On les retrouve dans toutes les crèmes élaborées par la cosmétologie naturelle, souvent certifiée par des labels comme Cosmébio, Nature & Progrès ou BDIH.

QUEL INDICE?
Quelques informations pour s’y retrouver dans les SPF (Sun Protection Factor) :
=> Un SPF 10 signifie que le temps d’exposition théorique possible au soleil est 10 fois plus long que ce que votre peau supporte sans protection.
=> Il n’existe pas d’écran total réel, même si certains produits affichent cette mention. Le seul moyen de protéger totalement la peau du soleil est... de rester à l’ombre!
=> Un SPF trop faible signifie que la crème n’apporte pas de réelle protection, un chiffre trop élevé cache souvent un «mélange» de filtres (la plupart étant individuellement limités en concentration par la loi). Avec à la clé un éventuel «effet cocktail» encore mal évalué. La bonne moyenne se situerait entre 20 et 25.

COMPOSITION AU-DESSUS DE TOUT SOUPÇON?
Une crème solaire ne contient pas que des filtres UV. Beaucoup d’autres ingrédients peuvent se révéler problématiques et sont également à inscrire sur la liste rouge.
=> Les composés éthoxylés. Dans la liste des ingrédients, ce sont tous les composés contenant les lettres PEG ou PPG.
=> L’EDTA. Dans la liste des ingrédients, ce sont tous les composés se terminant par les lettres EDTA.
=> Les huiles minérales. Dans la liste des ingrédients : Paraffinum liquidum, Isododecane, Synthetic Wax, Petrolatum...
=> Les conservateurs problématiques. Dans la liste des ingrédients : DMDM hydantoin, Chlorphenesin, Phenoxyethanol et tous les composés se terminant par le mot paraben.
=>Les huiles essentielles photosensibles, toutes celles provenant d’agrumes.
=>Les huiles essentielles susceptibles de déclencher des allergies comme celles de bergamote, camomille, cannelle, citron, clou de girofle, menthe poivrée, niaouli, romarin, sarriette, thym...

La bonne nouvelle, c’est que de tels produits solaires, AVEC uniquement des filtres minéraux et SANS composés douteux, existent. On les trouve le plus souvent en magasin bio ou sur les salons, quelquefois en pharmacie. Pour ne pas se tromper, il suffit de lire avec attention les étiquettes et les listes des ingrédients.

DU BON USAGE DE LA CRÈME SOLAIRE
=> Pas la peine de s’enduire de crème avant d’aller se baigner, cela ne sert qu’à polluer la mer et nourrir les poissons. On se tartine à la sortie de l’eau, une fois la peau bien séchée.
=> Il faut appliquer la crème en couche suffisamment épaisse pour assurer la protection annoncée par le SPF.
=> Il faut renouveler régulièrement les applications de crème, pour remplacer celle que la peau a absorbée ou qui est restée accrochée à la serviette sur laquelle vous vous prélassez.
=> Pas de petites économies: les crèmes et laits solaires se dégradent très vite. Sur la plage, gardez-les à l’ombre et dans un sac bien fermé. Et ne les conservez jamais d’une année sur l’autre.
=> Pas d’imprudence. Il faut toujours s’exposer au soleil progressivement (plus qu’hier et moins que demain), et éviter les heures les plus chaudes aux rayons les plus agressifs de la mi-journée.

Bonnes vacances, bon teint !

 

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Dans le bleu
Mon cahier de bien-être aux 4 saisons
Trucs et astuces de santé
Les huiles essentielles qui guérissent