Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Intolérance aux champs électromagnétiques, que faire ?

Ondes

Une lectrice a réagi à “l’appel à zones blanches” publié dans Rebelle-Santé n° 241. Étant elle-même électrosensible, octogénaire, elle s’est réfugiée récemment dans une maison ancienne en Aveyron aux murs épais protecteurs. Après l’installation de la 5G, elle avait dû quitter la maison dans laquelle elle vivait. Au fil du temps, elle a rassemblé de nombreuses informations sur les champs électromagnétiques (CEM). Nous publions avec son accord un petit extrait de son “résumé de poche évolutif”, Les CEM au ras des pâquerettes. Elle a également écrit, à l’usage des professionnels de santé, un petit guide pour un diagnostic : Et si c’était les ondes ?

___

“Je ne suis pas une spécialiste, je suis une personne motivée qui observe et se renseigne, et souhaite diffuser l’information recueillie : il y a déjà quelques années, j’ai rassemblé, sous forme compacte, l’essentiel de ce que j’ai tiré de lectures, de conférences, de ma propre expérience et de ce que j’observe, des témoignages que je collectionne, et des patientes leçons particulières de ma sœur, Annie Ginibre, physicienne, impliquée dans ce problème depuis un colloque en 1998 où le Dr J.C. Albaret exposait ses recherches. (…) Il y a les éléments extérieurs que nous subissons (…) et il y a les éléments sur lesquels nous pouvons agir aujourd’hui, chez nous. Les premiers endroits à assainir sont ceux où l’on est le plus souvent, en particulier la chambre à coucher.

Ce que l’on peut faire gratuitement :

  • bannir de la chambre radioréveil, téléphone portable ou sans fil ou filaire avec transformateur, télé, ordinateur…
  • ne pas porter de montre à quartz pour dormir
  • débrancher les appareils électriques quand ils ne sont pas utilisés (lit électrique, télé, four micro-ondes, éventuellement aussi de l’autre côté de la cloison… (éteindre ou mettre en veille ne suffit pas)
  • éloigner les autres appareils (le champ décroît très rapidement), en particulier protéger la tête du lit en écartant la lampe de chevet, retourner éventuellement la prise dans la prise murale pour échanger fil de phase et neutre (choisir la positition qui minimise les parasites dans une radio voisine), ou la munir d’un interrupteur bipolaire.

Une amie avait consulté, sans succès, un service spécialisé dans les troubles du sommeil. Elle a obtenu l’amélioration souhaitée à l’aide de certains des humbles moyens cités précédemment.

Remarques :

1. Mettre les équipements électriques correctement à la terre n’est pas gratuit, mais peut être… payant dans le bon sens du terme ! (l’attention doit être portée à la fois à l’installation électrique, et aux appareils, qui ne sont pas toujours munis d’une prise à 3 fiches).

2. Éviter les ampoules basse consommation. Présentées initialement comme un choix écologique, elles ont en fait deux inconvénients : elles contiennent du mercure, durablement nocif dans la maison en cas de casse et parmi les déchets, et elles créent des CEM agressifs autour d’elles. Elles ne doivent donc pas être utilisées pour des lampes de chevet ou de bureau. On peut éventuellement acheter des protections à installer surchaque ampoule.

3. Savoir qu’un téléviseur classique émet encore plus vers l’arrière et les côtés qu’en face, et que l’effet traverse les murs (pour les écrans plats, il faut voir au cas par cas), qu’un radiateur électrique éteint mais branché, même dans la pièce voisine, peut suffire à engendrer une insomnie rebelle.

4. Savoir qu’être porteur de métaux (pacemaker, métaux dentaires, prothèses, lunettes à monture métallique…) accroît la sensibilité aux CEM. Pour les métaux dentaires, on peut diminuer les effets électriques en bouche en étant attentif à l’alimentation pour éviter ce qui augmente l’acidité buccale.

Certains changements demandent des investissements mineurs, ou plus importants : page86image2978631280

– éviter les textiles synthétiques

– s’isoler du bois (parquets, tables) avec des plastiques rigides (genre sets de table) et denses et/ou du cuir : sous les éléments de l’ordinateur (unité centrale, écran, clavier et souris ) ; avec des chaussons à semelles de plastique aux pieds ; avec des patins en plastique sous les meubles (en particulier les lits)

– remplacer les transmissions sans fil (wifi…) par des solutions câblées (USB serait préférable à CPL)

– choisir des “interrupteurs automatiques de champ”, pour supprimer automatiquement les CEM hors temps d’utilisation

–  faire venir un expert en biocompatibilité compétent pour étudier l’ensemble des CEM de la maison.

On apprend au fur et à mesure.

Je suis loin d’avoir tout lu, et la communauté est loin d’avoir tout compris ! (ex : les ampoules basse consommation). De même, les premiers scientifiques qui ont travaillé sur la radioactivité n’étaient pas conscients des risques qu’ils prenaient et il en a résulté un surcroît de cancers…

Avec la multiplication explosive des CEM sont apparus des phénomènes que personne ne soupçonnait, qui n’avaient pas été remarqués quand ils étaient encore discrets, mais qu’on peut observer rétroactivement (leucémies liées à l’électrification, par exemple). Il nous faut apprendre le mode d’emploi et mettre en regard, pour chaque “progrès” technologique, son utilité et le poids des conséquences sur la santé.

Mme E. de l’Aveyron

PS : je précise que je suis aidée par une amie énergéticienne, j’ai fait appel à un bioélectricien pour étudier l’environnement et à un psycho-énergéticien géobiologue.”

___

Si vous êtes intéressé par les sources de cette lectrice, n’hésitez pas à nous les demander. Écrivez à Rebelle-Santé – CS 80203 – 77520 Donnemarie- Dontilly en joignant une enveloppe timbrée à votre adresse.

Magazine

Articles liés

Vitiligo

Mon petit-fils souffre de vitiligo. C’est pourquoi je fais appel aux lecteurs du magazine ; des personnes peuvent sans doute apporter des solutions efficaces. » Mme…