Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Jardins de bord de mer

Le front de mer impose des conditions pédoclimatiques* particulières. Les contraintes, elles, varient plus : sel, embruns, vents. Les tempêtes avec un impact côtier fort se produisent plutôt du côté de l’Atlantique. Cela ne dissuade pas les jardiniers qui ont trouvé une approche à la fois plus sobre et plus structurée de la diversité végétale.

JARDINER EN BORD DE MER  

La proximité de la mer ne facilite pas le travail du jardinier. Ce milieu particulier est constitué de sols pauvres, sablonneux, parfois caillouteux ou même salés. Presque toujours séchants, ils ne retiennent que très peu l’eau et les éléments minéraux faute de matière organique. Trois points clés sont à retenir pour faire un jardin de bord de mer :
Des plantes adaptées. Certaines sont dites halophytes, c’est-à-dire adaptées, à des degrés divers, au milieu salin.
Des plantations soignées et serrées pour que les plantes se protègent l’une l’autre.
Des aménagements pour protéger les plantes les plus fragiles.

ORGANISER LE JARDIN EN LIGNES SUCCESSIVES

C’est là le maître-mot de la réussite. Bien sûr, avec des enjeux plus ou moins forts selon les climats. Les plantes sont choisies et plantées suivant leur capacité à supporter le microclimat du front de mer.
La première ligne est celle qui est exposée directement aux embruns, aux vents de tempête, aux vents qui apportent du sable.
On parle de seconde ligne lorsqu’on s’éloigne du rivage ou que d’autres espèces forment un rideau de protection.
La troisième ligne subit moins l’effet des vents chargés d’embruns.
Au-delà, mettez à profit le climat doux dû à la proximité de la mer pour amener de la couleur et de la diversité avec des plantes plus communes.

* Pédoclimat : climat interne du sol, caractérisé par les conditions saisonnières de température, d’hydromorphie, d’aération, de pression partielle en CO2.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX MEMBRES

Abonnez-vous pour consulter l’article en intégralité

Magazine

Articles liés