Je suis platina, admirez-moi !

Rubrique

Platina est LE profil type de la personne qui cherche à tout prix à attirer l’attention. Vous ne pouvez pas la rater !

Ma philosophie de vie

=> Pour Platina, dans la jungle qu’est la vie, on est lionne ou on n’est pas. Elle est donc lionne jusqu’au bout des lunettes (dessinées par un designer connu ou un haut couturier), des chaussures (à hauts talons), en passant par les vêtements, le parfum, le chapeau ou les coiffures en chantilly (gros volume !), les bijoux.
=> Tout coûte cher, tout doit en mettre plein la vue. L’idée : mieux vaut se faire un film et vivre fort dans un monde "imaginaire" que subir le quotidien comme tous les autres. Les autres, c’est "la plèbe", et on ne mélange pas les torchons et les serviettes.
=> En fait, la vie est trop courte pour ne pas la brûler par les deux bouts de la chandelle et briller en société, à tout âge, en toute circonstance. Et puis une femme qui ne porte pas de hauts talons est-elle une femme ? Platina en doute, il s’agit donc de rester ultra féminine (selon ses critères), y compris au saut du lit. N’oublions pas que Platina vient de Platine, métal rare, naturellement blanc, quasiment pur à 100 % (ce qui explique son coût faramineux, supérieur à celui de l’or), brillant, inattaquable, immuable, qui ne ternit jamais. Il faut tenir son rang, oui ou non ?

À table

=> Il n’est pas question de torturer un animal pour se nourrir, Platina est donc plutôt végétarienne.
=> Bon, cela dit, du moment que le plat est "classe", il faut voir : une langouste, un carpaccio de dorade qui se mange vite et se digère bien, oui ; de la viande grillée, de la friture d’éperlan qui graisse les doigts, imprime son odeur de poisson (et de friture) et met des heures à être dégustée au cours d’un long repas à la bonne franquette, non merci. On n’est pas non plus chez Tata Huguette, il faut savoir se tenir et manger correctement.
=> Comme en plus Platina a une petite tendance à la constipation, il convient de manger léger, voire de picorer, et rapidement parce qu’on n’a pas que ça à faire non plus. Sauf si vous l’invitez dans un grand restaurant, alors là… on a tout le temps.

Mon rapport à autrui

=> Pour une fois, les choses sont simples : il y a Platina tout en haut, qui décide de tout… et tous les autres, vous et moi, en dessous.
=> Enfin simple, il faut le dire vite, car cette vision des choses ne va pas sans provoquer de frictions. Certes, Platina est hautaine, orgueilleuse, tyrannique, irritable, méprisante, dédaigneuse, arrogante. Certes aussi, elle peut mentir, toujours pour se faire mousser, sur fond de mégalomanie et d’autoritarisme. Certes, enfin, vos états d’âme comptent pour quantité négligeable tandis qu’elle vous impose les siens chaque jour – hier tout était merveilllllleux, aujourd’hui le monde est si duuuuuuuur ! Quitte à vous blesser, voire à vous écraser sur son passage.
=> Mais on ne peut retirer à Platina son intelligence, sa quête d’idéal, son honnêteté et sa droiture. Ce qu’elle rêve de trouver chez un compagnon (ou un ami) idéal, elle se l’applique à elle-même : sa fierté et son sens de l’honneur passent avant tout, donc pas question de tremper dans de basses magouilles, madame Platina vaut mieux que cela. Et si vous devez exister à ses yeux, ce ne peut être qu’en étant irréprochable.
=> En filigrane, ce déploiement de supériorité affichée dissimule, comme presque toujours, une peur : peur de l’échec, de vieillir, des rides, de ne pas être parfaite, en trois mots, peur de ne pas plaire. Et voilà que si tout ne roule pas comme elle en rêvait, la dépression guette, tapie non loin, le désespoir attaque, non feint.
=> Platina, enfin, est connue pour son désir sexuel supérieur à la moyenne (évidemment, comme tout le reste). Pour parler clairement, elle n’en a jamais assez. Pour mieux prendre dans ses filets les mâles qui apprécient ce genre de comportement ? Ou est-ce une posture, une preuve de frigidité (on multiplie les partenaires ou l’acte pour tenter d’atteindre la plénitude), ou encore un besoin sans cesse clamé à la face du monde qu’il faut la combler, tout le temps, de toutes les façons, et que les "simples mortels" avec leurs faiblesses ne l’intéressent pas. Vous voilà prévenus.

Ma santé

=> Bien que supérieure au reste du monde, Platina souffre des mêmes maux que "la plèbe". Constipation et autres douleurs spasmodiques intestinales, elle connaît par cœur, mais elle souffre aussi facilement de maux de tête, de crises de spasmophilie et autres douleurs spasmodiques dues à ses émotions fortes quasi permanentes.
=> Surtout, rares sont les hommes Platina, et la santé gynécologique de mâââme Platina ne va pas de soi. Troubles des règles, fibrome utérin, pertes… sont son lot.
=> À la ménopause, guère mieux : madame a telllllllllllllllllllement chaud et se plaint de sueurs en permanence.
=> Enfin, se rendre compte qu’elle vit au milieu de gens tellement inférieurs à elle la rend parfois apathique, voire carrément mélancolique, dépressive, agressive, en passant par toute la palette imaginable de troubles nerveux. Car au fond, elle est malheureuse, puisqu’elle ne peut se contenter des beautés du quotidien. Elle est déçue du monde, des proches, et même de ses propres parents s’ils sont de modeste extraction.
=> Là encore, pas question de faire les choses à moitié : alcoolisme, drogue pourquoi pas, excès en tous genres. Ou plus calmement, shopping délirant le jour des soldes. Heureusement qu’elle est forte et reprend le dessus (souvent seule), mais comme la condition humaine la désespère, elle replonge tôt ou tard dans le néant. Pour en remonter et renaître de ses cendres, tel le phénix !
=> Une chose qui lui fait toujours du bien et lève cette boule qui appuie sur sa poitrine : sortir, et marcher au grand air. Quitte à le faire en talons, et alors ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Infections respiratoires, les prescriptions du Dr Valnet
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?
Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel