La mode et l'énergie vitale

Rubrique

De l’influence du soutien-gorge, des ceintures et autres talons aiguilles...

Par Hélène Bernet

Quand j’étais gamine, j’ai lu et retenu : « Les hommes remplacent les bretelles par des ceintures. Leur énergie s’en ressentira ».

C’EST FAIT, ELLE S’EN RESSENT
En double couche à proximité d’organes vitaux, la ceinture nous coupe de la précieuse « énergie verticale » : l’électromagnétisme qui lie la Terre et le Ciel. Ce flux est scientifiquement connu, son effet  est vérifiable par le test musculaire (kinésiologique), à la portée de tous. Vérifiable également visuellement : voir le profil en « B majuscule » des messieurs dodus et ceinturés...

ET LES FEMMES...
La mode féminine actuelle – ceinturon digne d’un gendarme, taille basse, énorme boucle métallique formant condensateur (car dépourvue de l’ardillon, petite pointe en métal qui dévierait l’influence) – est aberrante.
Cet équipement perturbe l’énergie des organes reproducteurs.
Le ceinturon rejoint donc l’étagère à usage restreint, que j’appellerai 3P pour Parure-Parade-Prestance. Sur l’étagère 3P, on trouvera également le soutien-gorge à armature.

Pourquoi limiter le port du soutien armé ? Devinez ! Comme la ceinture, il entrave la libre circulation de l’énergie vitale - et même celle de la lymphe, s’il est serré. La médecine dévoile les conséquences de cette entrave de la lymphe, qu’on empêche ainsi de nettoyer notre organisme.

LES CHAUSSURES AUSSI !
L’étagère 3P n’est pas réservée aux soutiens et ceinturons. On y remise aussi, pour des raisons énergétiques, certaines chaussures : talons aiguilles, baskets en ville, bottes noires. Pourquoi ? Les talons aiguilles ne se contentent pas de déformer notre précieuse colonne vertébrale. Ils la frappent à chaque pas. Et, comme la grosse ceinture, ils entravent la communication verticale, véritable aliment énergétique pour notre colonne. Mais si, certains soirs, vous portez jupe et qu’un chevalier servant vous emmène au restaurant, c’est l’occasion de parader avec 3P…
Alors, des baskets ? D’un extrême à l’autre ? Comme le mot l’indique, les baskets sont à l’origine conçues pour un usage court et intensif.
Quant aux bottes, leur fonction originelle est de protéger du froid, de la neige ou de la gadoue. Elles restaient sur le seuil après usage utile, puis étaient remisées sèches et propres.
L’énergie libre est à notre disposition. Laissons-la librement circuler.

Hélène Bernet : Master en anthropologie de la Santé publique (Fac. Médecine Paris XI), Eco-géobiologue (AISS), élève du bio-physicien Reinhard Schneider et conseillère médicale en environnement intérieur (Fac. Médecine Strasbourg).
LIVRE : Vivre avec les Formes, Hélène Bernet, Édition Arbre d’Or.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les huiles essentielles qui guérissent
Secrets de beauté
Ma Bible des aliments remèdes
Bien manger sans cuisiner