Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

La scorsonère d’Espagne

J’ai descendu dans mon jardin...

Lorsque tu m’as arrachée à la terre, un long manteau noir me recouvrait entièrement.
Dans tes mains, je me suis lovée alors que tu m’ôtais les derniers grains de poussière qui s’étaient accrochés à ma pelisse.
Puis tu m’as délicatement déshabillée et ma chair blanche s’est offerte à ta vue.
Mais tu as préféré attendre et tu m’as préparé un bain brûlant afin de briser mes dernières résistances.
Maintenant, tendre et ardente, je peux enfin fondre en ta bouche, moi, ta belle espagnole...

  • Nom commun : salsifis noir, asperge d’hiver, herbe de vipère.
  • Genre et espèce : Scorzonera hispanica.
  • Famille : ASTERACEAE : plantes herbacées ou arbustes – fleurs réunies en capitule – fruit : un akène.
  • Origine : Europe centrale et méridionale.
  • Floraison et hauteur : tiges fleuries jusqu’à 1 mètre de haut du mois de mai au mois de juillet.

=> Les feuilles caulinaires (de la tige) alternes sont longues, étroites et sessiles. Elles se terminent en une longue pointe.
Les feuilles basales sont grandes, lancéolées, entières ou bordées de dents. Elles poussent en rosette.

=> Les fleurs, toutes ligulées, sont réunies en capitules au sommet des tiges. Un capitule est une inflorescence résultant de la juxtaposition de multiples petites fleurs groupées sur un réceptacle.

Les capitules de la scorsonère sont entourés d’un involucre (collerette) de bractées de dimensions inégales disposées en plusieurs rangées.

=> Fruit : un akène surmonté d’une aigrette de soies plumeuses. Cette aigrette, nommée aussi pappus, surmonte le fruit, l’akène, afin de faciliter sa dispersion.

=> La scorsonère possède une longue racine noire cylindrique qui se récolte du mois d’octobre au mois de mars.

=> Les jeunes feuilles se consomment en salade. Les racines se préparent crues ou cuites. Séchées, elles sont un substitut du café. Elles ont une action diurétique, sudorifique et dépurative.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Produit

Pour aller plus loin

L’aster de Virginie

Astrée contemple la Terre des hommes, celle qu’elle a dû quitter, il y a nombre de siècles, alors que la Misère de l’Âge de fer s’y était abattue. Elle se souvient encore des larmes qu’elle a versées, du haut de sa Constellation, quand elle s’est aperçue qu’aucune étoile n’éclairait le terreau de l’humanité.