L’ail pour une meilleure ouïe

Rubrique

J’ai 80 ans passés et, à cet âge, les sens perdent de leur acuité, notamment l’ouïe... Je n’ai jamais accepté l’appareillage. Je connais les hautes vertus de l’ail ; j’en ai toujours en macération dans de l’huile (olive, tournesol ou autres). Utilisant aussi les sprays des Fleurs de Bach, j’ai eu l’idée de conserver un flacon vide pour l’emplir de cette macération d’ail. De temps à autre, quand je sens mon ouïe fléchir, j’envoie un pschitt dans chaque oreille. Au bout de quelques jours, j’aspire avec une poire le cérumen (qui s’est ramolli). Je viens d’expérimenter la méthode avec succès. J’ai un clavier avec lequel je joue mes airs favoris et je trouvais le son faible. J’ai changé les piles pensant que le problème se trouvait là... mais ça n’a rien changé. Quelques jours après mon traitement "nature" à l’ail, brusquement en jouant, j’ai senti une autre puissance de son... Merveille des merveilles ! Merci à la Terre Mère, et à ses trésors d’intuition... !

PS : je vous donne ma recette d’huile à l’ail : il faut compter une vingtaine de gousses d’ail coupées en deux et dégermées pour 25 cl d’huile. Son efficacité doit être testée au bout d’un mois... Celle que j’ai utilisée pour mes oreilles (et mes verrues) avait au moins un an. Gousses et huile me servent pour mes salades, mes légumes et... mes soins.»

Truc transmis par Mme C. de Seine-Maritime

Retour au sommaire de Rebelle-Santé n° 198

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Infections respiratoires, les prescriptions du Dr Valnet
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?
Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel