Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

L’ancolie

Est-ce uniquement pour la facilité de la rime ? Certains y ont vu un symbole du Saint-Esprit, une colombe végétale entre le monde terrestre et le monde divin (voir le tableau de Saint-Pétersbourg, Flore, de Léonard de Vinci), d’autres, un symbole héraldique (le blason de la famille des Guises). Approprier un état psychique, un symbole à un végétal relèverait-il du hasard, de l’imagination humaine et de ses projections ? Ou bien…, le végétal ne pourrait-il pas nous insuffler sa vérité, sa nature cachée, ses « signatures » et ne serions-nous pas simplement ses dupes traducteurs ?

  • Nom commun : ancolie des jardins, colombine, cornette, gants ou doigts de Notre-Dame, chapeau ou soulier du Bon-Dieu.
  • Genre et espèce : Aquilegia vulgaris, Aquilegia alpina, Aquilegia atrata
  • Famille : RANONCULACEAE : plantes herbacées (quelques arbustes et lianes) – fleurs solitaires ou encymes – abondance des étamines – fruit : graines – plantes toxiques.
  • Origine : Europe.
  • Hauteur : de 40 à 80 cm.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Pour aller plus loin

La Violette

…Et j’ai cueilli patiemment, le long des talus, au pied des murets et des arbres, cette petite fleur violacée qui, jetée par poignées dans de l’eau bouillante, permet de confectionner une potion contre la toux.

La stellaire intermédiaire

J’ai descendu dans mon jardin…

Le mouron vert est ramassé
Dans la haie et dans le fossé.
Au bout de sa tige qui bouge
La fleur bonne est blanche et non rouge.
Il sent la verdure et les eaux ;
Il sent les champs et l’azur libre
Où l’alouette vole et vibre.
Du mouron pour les p’tits oiseaux !

Du mouron pour les p’tits oiseaux, Jean Richepin

Le Narcisse du poète

…pour enfin trouver un moment de calme auprès de ma source, là où poussent ces myriades de fleurs odorantes d’une simplicité pleine de fraîcheur. Il n’est pas question pour moi de me mirer dans l’eau tel ce héros qui apercevant son reflet en tomba éperdument amoureux jusqu’à en perdre la vie. Non, il s’agit de savourer les instants  ordinaires où le bonheur vous pénètre au contact de la nature.