Les compatibilités alimentaires

Digérez mieux et votre vie va changer !

Vous en avez assez d'avoir des coups de pompe dans la journée, d'être toujours un peu ballonné ? Quand vous n'êtes pas constipé, c'est le contraire ? Arrêtez de tout mélanger dans votre assiette et laissez le temps à votre estomac de bien travailler !

Participant à un stage de jeûne et randonnée en Bretagne, j’ai assisté à plusieurs conférences très enrichissantes données par Céleste Cândido, naturopathe et organisatrice de stages de jeûne et de détox. L’un des thèmes abordés concernait les compatibilités alimentaires : les aliments n’ont pas tous le même temps de digestion et c’est en les associant subtilement qu’on peut digérer parfaitement ! Un gage évident de bonne santé.

CE QUE NOUS MANGEONS NOUS CONSTRUIT
On s’étonne qu’encore mainte­nant, certaines personnes lèvent les yeux au ciel quand on leur parle de l’importance de leur assiette ! Pourtant, de nos aliments proviennent tous les « matériaux » essentiels dont nous avons besoin ! Mais voilà, notre organisme est conçu pour digérer ce que la nature nous donne… mais à l’état naturel ! Alors les ajouts, les fortes cuissons, les mélanges peuvent nous jouer des tours !

À la fin de l’une des conférences de Céleste Cândido, l’une des jeûneuses, mère de trois enfants déjà grands, s’est demandé comment elle était passée au travers d’une information capitale : les fruits crus ne doivent pas terminer un repas. Voilà un élément déterminant dans la logique des compatibilités alimentaires : les fruits crus ne doivent jamais être mangés avec le reste des aliments !
Ce grand principe alimentaire est un cheval de bataille défendu par le naturopathe Robert Masson depuis des décennies ! Cuits, les fruits sont malheureusement privés d’une grande partie de leurs vitamines, et de leurs enzymes, leur pouvoir nutritif est donc bien moindre, mais ils peuvent être associés à d’autres aliments, au même titre que les légumes et, ainsi, ne pas provoquer de « fermentations ». Crus, c’est une catastrophe !

LE PRINCIPE DE LA DIGESTION
Entre le moment où vous avalez un aliment et celui où ses nutriments vont venir alimenter vos cellules, il devra être réduit en tout petits morceaux. Imaginez une carotte… Pour que son bétacarotène parvienne jusqu’à votre réseau sanguin, elle devra être réduite en morceaux suffisamment minuscules pour traverser la barrière intestinale. C’est tout le travail de votre système digestif, chacun de ses organes ayant pour cela des fonctions très précises. Certains digèrent plutôt les sucres, d’autres les graisses…

Et devinez à quel endroit précis commence la digestion ? Dans la bouche ! Car c’est ici que l’amylase, une enzyme sécrétée par les glandes salivaires, digère en partie les amidons (les amidons sont des sucres lents, composés de nombreuses molécules de sucres rapides accrochées les unes aux autres). Elle coupe le lien entre les différentes molécules de sucre. Si vous en avez le courage, mâchez longuement une cuillerée de riz ou un morceau de pomme de terre… Vous finirez par sentir le goût du sucre !

L’autre intérêt d’une véritable mastication, c’est que pendant que les aliments sont dans votre bouche, votre cerveau envoie des informations aux différents organes qui se situent sur la route du système digestif, les prévenant de ce qui va arriver ! En réaction, les organes sécrètent des enzymes, prêts à digérer ce qui va leur parvenir.
L’aliment suit ensuite le chemin de l’œsophage pour parvenir à l’étape suivante : l’estomac. L’œsophage, qui a laissé passer la nourriture, se referme après avoir déchargé son passager. Après l’estomac, se situe un autre organe, le duodénum, tout en longueur, qui s’est beaucoup développé ces derniers millénaires car il digère plus particulièrement les céréales ! Des aliments qui ne sont apparus que très récemment dans la nourriture humaine. C’est un peu notre gésier… Ensuite, avant que les graisses ne rejoignent l’intestin grêle, la vésicule biliaire, alimentée par le foie, leur envoie, comme une petite pompe, une « giclette » de bile qui va les émulsionner, les transformer en toutes petites particules de graisses. Chez les personnes qui n’ont plus de vésicule, le foie largue de la bile en permanence dans l’intestin, et pas directement sur les graisses à digérer, ce qui est loin d’être aussi efficace.

ASSOCIATIONS ALIMENTAIRES
Tableau à télécharger.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les huiles essentielles qui guérissent
La médecine nous tue
Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...
D'ici ou d'ailleurs, les points qui guérissent