Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Maladie de Verneuil

Depuis 4 ou 5 ans, mon fils de 20 ans souffre de la maladie de Verneuil (au 1er stade, diagnostiquée par son dermatologue). Ce dernier lui a prescrit en traitement de fond un antibiotique oral Tolexine® 100 mg 1 fois par jour et en local Clindamicyne Stragen® 3 %. Le traitement a l’air efficace, mais, après sa dernière « poussée », son dermatologue lui a dit d’envisager la chirurgie. Je ne connais pas grand-chose de cette maladie, mais je voudrais l’aider à trouver des solutions alternatives au traitement antibiotique. Auriez-vous quelques solutions ou pistes pour améliorer cette maladie ? »

M. N. de l’Hérault

LA RÉPONSE DE DIDIER LE BAIL

Il s’agit donc d’une maladie orpheline d’origine héréditaire dans 40 % des cas. On prescrit des antibiotiques parce que la maladie entraîne des surinfections. On ne connaît pas la cause exacte de cette maladie. Les glandes apocrines sont incriminées. Lors des poussées inflammatoires, il ne faut pas que le canal pilo-sébacé s’obstrue trop vite, sinon c’est la catastrophe. En tant que naturopathe, j’en déduis qu’il ne faut pas surmener le foie et les glandes sébacées, sinon il y a risque de voir classiquement apparaître de l’acné ou encore des furoncles. La maladie de Verneuil favorise d’ailleurs parfois la survenue d’une forme d’acné sévère (d’où prescription de Roaccutane, avec son cortège d’effets secondaires !). Il sera donc bon de dépurer le foie régulièrement (si surcharge, l’organisme fait appel à la peau en tant qu’émonctoire de secours) et de veiller à ne pas consommer trop de glucides et de lipides. Diminuer également un peu les apports de liquide. La dépuration hépatique implique un intestin en bon état (recours éventuel aux probiotiques, prébiotiques et compagnie…).

Aromathérapie (lotion aromatique pour usage local) :
> HE Tea tree : 6 ml
> HE Romarin à verbénone : 2 ml
> HE Lavande aspic à cinéole : 1 ml
> HE Camomille allemande : 0,5 ml
> HE Menthe poivrée : 0,5 ml
> HV Calophylle : 10 ml
C’est le genre de formule à la fois anti-infectieuse, anti-inflammatoire, analgésique et cicatrisante, qui conviendrait pour un cas d’acné chez l’adulte, cela vaut donc le coup d’essayer…

« Truc»  trouvé sur le site de l’association française pour la recherche sur l’hydrosadénite (autre nom de la maladie de Verneuil) – www.afrh.fr :
> Acheter en pharmacie, ou dans une herboristerie, des fleurs de matricaire (camomille allemande).
> Faire infuser 3 poignées dans l’eau, dans une petite casserole, jusqu’à obtenir une infusion bien foncée.
> Laisser tiédir et filtrer le liquide.
> Y plonger des compresses, les essorer légèrement et les poser sur les zones à traiter. Les changer toutes les deux heures si possible, ou mieux, les conserver toute la nuit.
Petite astuce : pour ne pas être gêné dans ses déplacements, nous vous conseillons de vous emmailloter dans du film alimentaire transparent. Pas très esthétique, certes. Mais si le résultat est là, cela ne vaut-il pas la peine d’essayer ?
Pour l’instant, tous les membres de l’association qui ont utilisé cette recette ont constaté des effets prodigieux…
La camomille allemande est un bon anti-inflammatoire topique… L’huile essentielle est d’ailleurs incluse dans ma lotion pour son côté anti-inflammatoire, justement !

Dans le cas présent, avec tous ces traitements par antibiotiques, il faut, bien entendu, prendre soin d’office de la sphère hépato-intestinale :
– intestin : probiotiques (ex : Lactibiane Référence, en pharmacie) + kombucha (en magasin bio)
– foie : dépuration (ex : pissenlit, fumeterre, radis noir, artichaut…) + détoxication (ex : desmodium, chrysantellum…).
Au niveau alimentaire, diminution drastique de la consommation de produits raffinés, de produits sucrés, de produits laitiers, de graisses cuites et hydrogénées, en vue de réduire la production de sébum et de substances pro-inflammatoires…

Retour au sommaire de Belle-Santé n° 115

Magazine

Sponsorisé

Pour aller plus loin

La maladie de Verneuil

Appelée également « hidrosadénite suppurée », la maladie de Verneuil correspond à une infection des grands plis cutanés (aine, aisselle…) liée à une inflammation des glandes sudoripares. On la compare parfois à une forme d’acné.