Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Pour en finir avec les ampoules !

L’été est une période propice pour s’équiper de chaussures afin d’aborder les randonnées, raids et autres promenades en toute sécurité. Si de nouvelles chaussures protègent effectivement contre les blessures musculo-tendineuses ou osseuses, elles s’accompagnent souvent d’un risque d’ampoules.

Une règle d’or s’impose qui permet d’éviter bien des problèmes : on ne chausse pas ses nouvelles chaussures le jour d’une randonnée ! La chaussure doit « se faire ». À défaut, l’ampoule est souvent au rendez-vous avec de nouvelles chaussures et se solde parfois par un abandon lors de l’activité, tant la douleur peut être insupportable. 

Décollement cutané

L’ampoule résulte d’un frottement intense, répété, lent ou rapide, de la peau – fragile au niveau du pied – contre le matériau souvent rigide de la chaussure. Ce frottement se produit, le plus souvent, au niveau du tendon d’Achille, la zone de prédilection des ampoules, ou bien sur les orteils ou sous la plante des pieds. S’y ajoutent la chaleur, la macération et la transpiration salée et parfois l’absence de chaussettes, tout cela contribue à décoller la peau entre le derme et l’épiderme, à l’instar d’une brûlure. S’ensuit une cloque. C’est l’ampoule, emplie de sérosité, un liquide clair, ou parfois sanglant, qui ne constitue pas un signe de gravité en soi.

« Faire » la chaussure…

C’est en mai ou en juin qu’on achète ses chaussures pour les randonnées de juillet ou d’août. Pour « faire » le cuir, on peut également travailler la baguette de la chaussure (zone du talon) en la tordant dans tous les sens pour l’assouplir, la remplir de papier journal humide (pour favoriser sa distension). 

… et protéger le pied

En prévention, talquez les pieds et les chaussettes.

 

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Sponsorisé

Pour aller plus loin

Pas d’ampoules cet été !!!

Nouvelles chaussures pour les beaux jours, marche prolongée inhabituelle, transpiration, chaleur…, un cocktail bien connu qui se traduit souvent par l’apparition d’une ampoule sous le pied ou derrière le tendon d’Achille. Un petit désagrément qui peut vite transformer une promenade en un véritable calvaire.

Docteur, j’ai mal au talon…

Cette région du pied ne passionne pas particulièrement la communauté médicale. Dommage ! «  Docteur, j’ai mal au talon  ». C’est souvent par cette phrase un peu vague que commence la consultation. Car la douleur est le motif principal des pathologies talonnières.