Que manger contre les bronchites, angines, otites…

et comment booster son immunité ?
Rubrique

Quel rapport entre un verre de lait et des otites à répétition ? Pourquoi le sucre est-il (encore plus) fortement déconseillé quand on est malade ? Comment une simple racine de gingembre peut-elle vous faire gagner 2 semaines de bien-être ? Pour toutes les réponses à ces questions d’actualité, plongez-vous dans cet article, et préparez-vous à aller au marché.

Il fait froid, gris, moche, humide, et ce climat détestable promet de belles rentrées d’argent aux vendeurs de mouchoirs en papier. La mauvaise saison porte bien son nom : les frimas apportent avec eux leur cortège de virus et de bactéries, cherchant à tout prix à s’installer dans nos narines, nos bronches, nos sinus, bref, en tout lieu accueillant, pour pouvoir s’y développer et ne pas faillir à leur réputation. Que serait un hiver sans bronchite, sinusite, rhume, grippe ou autre angine ?  

LES BONS RÉFLEXES ALIMENTAIRES
Mangez des fruits et des légumes frais
(surtout colorés en vert ou en orange et aussi les kiwis et les agrumes) à CHAQUE repas, crus ET cuits. Buvez deux à trois tasses de thé (vert ou au jasmin, dans l’idéal).
En bonus, grignotez des noix, des fruits secs... tous renferment de grandes quantités d’antioxydants, essentiels au bon fonctionnement immunitaire.
Testez les graines germées (faites-les germer vous-même !) : elles renferment un taux ahurissant de vitamines et de minéraux.
N’oubliez jamais les protéines : poisson, viande maigre, volaille, crustacés, coquillages, légumes secs + céréales, soja (tofu), c’est parfait. Une viande rouge (maxi deux) par semaine apporte du fer, c’est utile aussi en cette période.
Pensez sucres lents : quinoa, pommes de terre (vapeur), riz complet, céréales complètes, légumes secs. Tous ces aliments aident à équilibrer la glycémie, et sont riches en vitamine B1, nécessaire pour une bonne énergie. Or, l’énergie, c’est le nerf de la guerre : un coup de fatigue = 1 virus (ceux qui ont un herpès savent qu’il «sort» en cas de baisse de tonus).
Au contraire, fuyez le sucre et les sucreries sous toutes leurs formes. Ils fournissent du carburant aux microbes, sont des dévoreurs de vitamine B1 et accroissent la production de mucus (glaires, etc.).
Bannissez provisoirement totalement les produits laitiers, sauf un yaourt (ou mieux, un pot de lait fermenté à l’acidophilus) par jour.
Choux à tous les étages : impossible de se passer de cette boule de vitamine C et de calcium. Tous les choux, toutes les cuissons, tous les accompagnements sont acceptés (enfin, n’abusez pas non plus !), l’important, c’est que vous en mangiez.
Incontournables, les aliments «super immunitaires» suivants : ail, oignon, champignon shiitake, fines herbes, muscade (et autres épices), algues, gingembre. À ce propos, en cas de refroidissement, dès que vous sentez que «ça ne va pas» (grippe, rhume), foncez acheter une racine de gingembre. Épluchez et découpez 3 rondelles, laissez infuser dans une tasse d’eau frémissante pendant 10 minutes, sucrez au miel, buvez et allez vous coucher. Demain, vous serez tout neuf (préparez quand même une infusion le matin pour la journée, et buvez-en toute la journée (thermos). C’est magique.
Gardez le rythme : 3 fois par semaine du poisson gras (saumon, maquereau, hareng...) et chaque jour de l’huile de colza : leurs oméga 3 sont indispensables à l’immunité comme à tout le reste. Et tant qu’on est à la mer, profitez des coquillages, bourrés de zinc, un minéral crucial pour le système immunitaire.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les clés de l'alimentation santé - L’essentiel à savoir dans votre cas
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Les aliments qui guérissent (Poche)
Les 3 clés de la santé