Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Vous avez de l’or dans votre jardin !

Inutile de devenir orpailleur pour exploiter cette richesse, par contre assurez-vous de la collaboration des habitants du sol !

En ce moment, tout le monde parle de baisse de revenus, de perte de pouvoir d’achat… bref, de crise ! Et si on parlait de richesse ? Au jardin, pour que ce soit d’actualité en toute saison, l’idéal est d’y travailler en fin d’été.

QU’EST-CE QU’UN JARDINIER RICHE ?
Certes, c’est un jardinier bio heureux, mais plus précisément c’est un jardinier qui a réussi à réveiller et à entretenir les mécanismes naturels de la fertilité du sol, condition indispensable à toute production de qualité, en bonne santé et… bonne pour notre santé ! Pratiquement toutes les techniques pour développer la fertilité du sol ont un rôle positif sur d’autres aspects du jardinage et sur la fertilité globale du lieu : d’une pierre, on fait deux coups !
Vous le savez, le jardinier bio s’attache à nourrir le sol en apportant de la matière organique. Celle-ci se décompose pour donner directement des éléments minéraux ou pour servir de nourriture aux bactéries qui, en mourant, fournissent à leur tour des minéraux aux plantes, et  plus la matière organique apportée contient de lignine (molécule constituant les fibres de bois), plus elle va se transformer en un autre produit essentiel pour la fertilité du sol : l’humus.

Pour résumer, la matière organique est indispensable pour nourrir les plantes, nourrir les bactéries et donner une bonne structure au sol pour qu’il puisse accueillir tout ce petit monde, mais ce n’est pas si simple ! La nature de la matière organique a une influence, et inutile de préciser que certaines conditions sont nécessaires ; pour que tout se passe bien, il est indispensable de s’assurer la collaboration des habitants du sol.Vous noterez que dans un sol bien structuré, non pollué par des apports de produits chimiques de synthèse, riche en matière organique, donc bien alimenté et capable de stocker de l’eau, les plantes poussent mieux et sont plus résistantes aux parasites ; si vous veillez à la diversité des cultures, pratiquez la rotation, les associations et si vous hébergez des auxiliaires… alors vous êtes riche ! Votre jardin est en voie d’atteindre un équilibre, les mécanismes de l’écosystème vont s’exprimer et votre facture de jardinerie va fondre !

COMMENT DEVENIR RICHE ?
1/ Apporter de la matière organique régulièrement
Pour épandre régulièrement de la matière organique, il faut composter les déchets du jardin et les déchets organiques ménagers ; en fonction de la saison et du résultat attendu, le compost utilisé sera plus ou moins mûr ou décomposé.
2/ Le paillage du sol
Les paillis se décomposent avec le temps et constituent un apport de matière organique à plus ou moins long terme (1 mois pour les tontes de gazon, à deux ans pour les cabosses de cacao du commerce).
3/ Les engrais verts
Les effets positifs sont les mêmes que pour les paillis, avec en plus le rôle des racines : elles fragmentent le sol, l’aèrent, améliorent la pénétration de l’eau et nourrissent bactéries et diverses espèces de la faune (larves, vers, insectes…).
4/ Respecter la faune du sol
La « petite » faune du sol (larves, vers, insectes…) peut représenter jusqu’à 150 g/m². Même si elle est peu visible, son rôle est essentiel pour l’équilibre écologique, et si l’on ajoute les éléments végétaux comme les algues, cela peut aller jusqu’à 170 g/m².
5/ Favoriser la vie bactérienne et mycorhizienne
Les pratiques sont identiques à celles qui seront mises en œuvre pour préserver la faune du sol.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Pour aller plus loin