Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Byron Katie

Le bonheur au-delà des croyances

Mondialement connue dans le domaine de la spiritualité et du développement personnel, Byron Katie a inventé une méthode d’épanouissement d’une étonnante simplicité. Elle a trouvé le moyen de désamorcer les pensées négatives inconscientes qui nous détournent de la réalité et nous font souffrir.

La plupart de nos souffrances sont basées sur des peurs, des colères, elles-mêmes alimentées par des croyances ou des pensées erronées. En auscultant ces pensées négatives (les positives nous font du bien, on n’y touche pas), en remettant en cause ces croyances, les situations, auparavant stressantes, perdent leur capacité de nuisance. C’est la base de la méthode de développement personnel – elle préfère parler d’investigation personnelle – créée par Byron Katie.

Une sortie de dépression

Dans les années 1980, alors qu’elle vivait la vie ordinaire d’une Américaine de 30 ans, Byron Katie plonge dans une dépression qui durera plus de dix ans. Puis, un matin, elle a un déclic, qu’elle nomme éveil à la réalité : « J’ai découvert que lorsque je croyais mes pensées, je souffrais, mais que, quand je les remettais en cause, je ne souffrais pas. » Elle a alors trouvé en elle une joie qui ne cesse de l’accompagner.

Interroger nos pensées

Cette expérience a donné naissance à une méthode d’introspection appelée « Le Travail » (« The Work ») que chacun peut s’approprier simplement.

Le protocole s’applique à chaque situation stressante ou négative qui implique une autre personne. Dans un premier temps, le Travail consiste à recenser par écrit toutes les pensées négatives liées à cette situation. Par exemple, « Alain ne m’écoute pas », « Je suis en colère à cause de lui », « Je ne me sens pas respectée par lui », etc. Ensuite chaque assertion sera passée au crible des 4 questions du protocole :

• Est-ce que c’est vrai ?
• Suis-je absolument sûr.e que c’est vrai ?
• Comment est-ce que je réagis quand je crois cette pensée ?
• Qui serais-je sans cette pensée ?

Les deux premières questions nous interrogent sur la réalité de ce que nous croyons. La troisième met en lumière nos réactions provoquées par cette pensée. La quatrième nous projette dans la même situation, sans la pensée négative. En faisant l’exercice honnêtement, on réalise que c’est notre filtre mental qui teinte une situation de stress… Ce n’est pas le monde qui nous entoure qui nous fait souffrir, mais ce que nous pensons du monde qui nous entoure…

Enfin, reste à faire « le retournement ». C’est-à-dire « retourner » la pensée à l’opposé, vers l’autre ou vers soi. L’affirmation « Alain ne m’écoute pas », se retourne ainsi : « Alain m’écoute » (opposé), « Je n’écoute pas Alain » (moi vers l’autre) ou « Je ne m’écoute pas » (moi vers moi).
On prend ainsi conscience que ce qu’on n’aime pas chez l’autre, on l’a aussi chez soi, sans forcément le voir…

La pratique

La méthode se pratique seul.e ou accompagné.e par des personnes formées. Elle a fait son entrée dans les prisons, les hôpitaux, les écoles ou en entreprise. Via des ONG, le Travail est également mis en application au Zimbabwe auprès des malades du SIDA ou encore au Vietnam et au Cambodge auprès des travailleurs du sexe.

Byron Katie est maintenant mondialement connue, surtout depuis la parution en 2003 de son best-seller Aimer ce qui est. Elle anime des conférences et des ateliers partout dans le monde pour faire connaître le Travail et vient de faire paraÎtre un nouvel ouvrage ” Le retournement “. Nous l’avons rencontrée cet été à l’occasion de son passage à Paris et testé sa méthode.

Aimer ce qui est
B. Katie
Éditions Synchronique
20,90 €
Le retournement
L’art de métamorphoser nos souffrances en joie
B. Katie
Éditions Synchronique
16 € (épuisé, nouvelle édition prévue en janvier 2019)
Sur Internet : http://thework.com/sites/thework/francais/

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Je parraine un proche.

Magazine

Pour aller plus loin

Apprendre dans la joie et la bonne humeur !

Pourquoi continuer à apprendre dans la contrainte, la compétition, et éventuellement la dévalorisation alors que d’autres modèles existent ?
C’est la question que s’est posée, il y a bien longtemps, Antonella Verdiani, et elle consacre aujourd’hui tout son temps à la valorisation d’une autre façon d’apprendre. Elle a trouvé des écoles qui rendent les enfants heureux.

La colère non violente

Mal perçue en société, la colère n’est pourtant pas une émotion dont il faut avoir honte. C’est la violence avec laquelle nous l’exprimons qui est négative. À condition d’affirmer son énervement sans blesser l’autre, la colère peut même s’avérer bénéfique et constructive.

La protection de la nuit, un enjeu pour l’ensemble du vivant

Éteignez les lumières ! En France, la production de lumière artificielle a quasiment doublé en vingt ans. La pollution lumineuse devient un problème sérieux qui concerne l’ensemble du vivant. Médecins, scientifiques, biologistes, astronomes tirent la sonnette d’alarme pour faire valoir les bienfaits de la nuit. La lutte pour l’obscurité est devenue essentielle mais s’oppose à des traditions millénaires de culte de la lumière.