Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Créer un café associatif

Le village où je vis est charmant, un petit village en forme d’escargot, typique de cette région magnifique du sud de la France. Nous sommes environ 250 habitant·es, on pourrait penser que tout le monde se connaît, au moins de vue… Eh bien, ce n’est pas le cas. Je connais à peine un quart des gens qui vivent ici. Parce que, comme des milliers d’autres, ce village est devenu au fil des années un village-dortoir. La plupart des gens travaillent dans les petites villes voisines, voire la très grande ville située à 70 km, ils font leurs courses au supermarché et ne sortent plus de chez eux quand ils y sont rentrés. Les maisons neuves ont poussé dans des lotissements, et comme il n’y a aucun commerce, pas de marché, pas de poste ni de médecin, pas moyen de bavarder avec les autres en attendant son tour. Seuls les parents venant chercher leurs enfants à la petite école ont une chance de se croiser et de discuter entre eux. Et les années covid ont encore aggravé la situation.

Je rêvais depuis longtemps d’un lieu qui pourrait rassembler les gens, un lieu convivial qui retisserait les liens entre les habitant·es. Un endroit qui accueillerait toutes les générations, où l’on pourrait apprendre des choses, s’amuser, discuter…, en buvant un verre et en grignotant de bonnes choses. J’en ai parlé à des amies et l’idée du café associatif est née.

La naissance du café

Qui dit café associatif dit lieu (on a demandé à la mairie de nous prêter la salle polyvalente et son jardin de temps en temps) et création d’une association : c’est très facile et aujourd’hui, plus besoin de se déplacer, tout peut se faire en ligne. Si vous avez envie de vous lancer dans l’aventure, vous trouverez sur le site du gouvernement toutes les explications nécessaires, les démarches à effectuer, les documents à télécharger et aussi des exemples de statuts.

Les statuts sont l’acte de naissance de l’association, ils doivent être simples et correspondre à ce que vous voulez vraiment faire. C’est une partie très importante, et il faut bien définir le but de l’association, les moyens d’action, ce qu’on prévoit éventuellement de vendre.

Dès le départ, nous voulions que notre café soit un lieu de rencontre où nous proposerions de la nourriture et des boissons locales et bio. Un moyen de faire connaître les producteurs du coin. Maraîchers, éleveurs, vignerons, brasseurs…, ils sont nombreux dans cette région et nous avions envie de leur donner un coup de pouce en les mettant en avant. C’est l’occasion de montrer que se fournir en bons produits achetés aux producteurs ne coûte pas plus cher que d’acheter en grande surface et que c’est drôlement plus agréable. Avec notre café, nous espérons ainsi inciter plus de monde à consommer autrement, et pourquoi pas, organiser des petits marchés de producteurs de temps à autre.

Il faut aussi penser au futur : dans quelques années, ce seront sans doute d’autres personnes qui s’occuperont de l’association. Mais pour que l’esprit initial demeure, nous avons trouvé prudent de prévoir comment est renouvelé le bureau, qui peut voter, etc.

Dans notre café, par exemple, tout le monde doit devenir adhérent pour pouvoir consommer. Pour cette raison, l’adhésion est très modique : 1 € par an. Nous voulons aussi que le café associatif vive une vie heureuse et harmonieuse et nous avons décidé qu’il y aurait 3 catégories de membres : les membres actifs (le bureau et les bénévoles réguliers), les membres d’honneur et les membres adhérents. Tous peuvent assister aux Assemblées Générales, mais seuls les membres actifs ont un droit de vote, ce qui devrait empêcher les éventuelles mauvaises surprises au moment de renouveler le bureau (si, si, ça peut arriver !).

Notre petit groupe de 4 amies a fait son assemblée générale constitutive, nommé un bureau de 3 personnes, rédigé les statuts et déposé le dossier de création sur le site du gouvernement. Nous avons assez vite reçu l’acte de naissance du café et le numéro SIREN, et nous avons pu demander une subvention à la mairie et ouvrir un compte en banque.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Produits

Pour aller plus loin