Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Des recettes naturelles avec le radis noir

De la famille des Brassicaceae, le radis noir est une plante annuelle ou bisannuelle. Sa racine est noire à l’extérieur et blanche à l’intérieur. Sa chair piquante et rafraîchissante est riche en potassium, calcium, vitamine B9 et C et en dérivés soufrés. Elle soutient le foie et augmente la sécrétion de bile. Expectorante, elle chasse les mucosités qui encombrent votre nez ou vos bronches si vous avez pris froid. Attention toutefois, le radis peut être irritant chez les personnes aux estomacs délicats. Associez-le dans vos tisanes à la guimauve et mélangez-le avec d’autres légumes ou fruits dans vos jus toniques et digestifs. Mangez du radis noir en salades composées avec de la pomme, des noix, des noisettes, et en purée (cinq pommes de terre pour deux radis, par exemple). Si vous souffrez de calculs biliaires, il vaut mieux prendre un avis médical avant d’en consommer plusieurs jours de suite. Pour les décoctions et autres tisanes, faites préalablement sécher le radis noir au déshydrateur ou près d’une source de chaleur après l’avoir coupé en petits morceaux.

Pour améliorer l’évacuation de la bile et pour un effet antioxydant

Jus : mixez un radis noir préalablement coupé en morceaux. Laissez égoutter dans une passoire au-dessus d’un saladier pendant un quart d’heure. Serrez dans votre main la pulpe restante pour bien récupérer tout le jus. Un quart d’heure avant chaque repas, buvez l’équivalent d’un tiers de verre à moutarde. Pour améliorer le goût, vous pouvez y ajouter des carottes, il suffit de mettre la même quantité de radis et de carottes dans votre mixeur. Créez selon vos goûts d’autres jus délicieux pommes-radis ou pommes-radis-concombres.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX MEMBRES

Abonnez-vous pour consulter l’article en intégralité

Magazine

Produit

Pour aller plus loin

Des recettes naturelles avec la prêle des champs

La prêle des champs, Equisetum arvense, pousse dans les milieux humides et argileux. Contrairement à la prêle des marais (toxique), la prêle des champs a, soit des tiges uniquement terminées par un épi, soit des tiges stériles sans épis mais avec des feuilles. Et ce sont ces tiges feuillues qui apparaissent après les tiges en épis, ces “queues de cheval”, que vous récolterez. Si vous avez des doutes, procurez-vous la plante en herboristerie. La prêle est très riche en silicium, calcium, fer, magnésium, potassium… Elle est reminéralisante, diurétique et cicatrisante, et garantit votre bien-être mais également celui de votre jardin. Les tisanes et autres préparations doivent être prises en interne sur un temps court plusieurs fois dans l’année. Elles sont déconseillées chez les jeunes enfants et les femmes enceintes.

Des recettes naturelles avec l’églantier

L’églantier, Rosa canina, est un rosier sauvage, un arbrisseau de 2 à 3 mètres de haut qui pousse dans les haies et les friches. Ses aiguillons fortement crochus couvrent de longues tiges dressées finissant par se courber. C’est le rosier sur lequel Aphrodite s’est blessée, colorant de son sang les pétales blancs. Cependant, bien que les fleurs simples à cinq pétales soient souvent roses, certains individus persistent dans leur blancheur.

Des recettes naturelles avec le houblon

Humulus lupulus, le houblon, est une liane aux tiges volubiles. Ses feuilles rêches opposées rappellent celles de la vigne. On le nomme bois du diable, car il grimpe aux arbres dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, désordre attribué à l’action de Satan. Cependant, dans certains jardins de curés, on le cultivait… Double paradoxe, car la culture ne concerne que les pieds femelles… Satan se cache partout… Trêve de plaisanterie : ces curés-là étaient sans doute plus convaincus des bienfaits du houblon que de son odeur sulfureuse.

La bourdaine (Rhamnus frangula)

« Le vent de novembre arrache la dernière feuille », ce qui ne nous dérange pas, puisque nous allons chercher racines et écorces. Les racines pourront servir immédiatement et l’écorce attendra dans notre officine au moins un an avant qu’on ne l’utilise. Il en est comme ça des récoltes, il y a celles qui servent dans l’instant et celles que l’on garde pour plus tard.