Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

Faites votre marmite norvégienne

Brrr ! Il fait drôlement froid ! C’est le moment de se concocter ces bons petits plats mijotés qui réconfortent.

Oui, mais… cette année, avec le coût de l’énergie, on hésite à utiliser la gazinière ou la plaque électrique pendant 3 ou 4 heures. Alors, dans un souci d’économies de sous, d’énergie et de stress, je vous propose de tester la “marmite norvégienne”. Vous en avez peut-être déjà entendu parler ? On l’appelle aussi “caisse à cuire” ou “boîte de cuisson”. Cet ustensile formidable permet de cuire ces fameux plats mijotés en économisant 50 à 70 % de gaz ou d’électricité. Toutes les cuisines devraient en être équipées, vous ne pensez pas ? Le hic, c’est que l’achat d’une marmite norvégienne n’est pas à la portée de toutes les bourses ! Mais bonne nouvelle, il est facile d’en fabriquer une avec des éléments de récup. On peut même détourner des vêtements chauds ou une couette pour se faire une mijoteuse de fortune.

Comment ça marche ?

C’est un caisson super isolé qui va finir de cuire votre plat sans consommer d’énergie. Ça fonctionne comme une thermos géante : l’isolation des parois minimise la déperdition de chaleur. Pas d’espace vide à l’intérieur, ce qui annule la perte de chaleur par brassage de l’air. Et c’est encore plus performant si vous utilisez un matériau qui renvoie les rayons de chaleur vers le plat de cuisson.

Vous commencez à préparer votre plat exactement comme d’habitude, puis vous versez tous les ingrédients dans un récipient avec couvercle et vous portez à ébullition. Dès que ça bout, vous baissez le feu et vous laissez cuire à petits bouillons, de 1 à 15 minutes selon le plat. Vous coupez le feu et vous déposez rapidement le récipient dans votre “marmite norvégienne” que vous fermez hermétiquement. Votre plat va finir de cuire tranquillement. Cerise sur le ragoût, vous n’avez pas besoin de surveiller la cuisson car ça ne risque pas de brûler et vous pouvez faire ce que vous voulez pendant ce temps.

La seule contrainte est de s’y prendre suffisamment à l’avance, puisqu’il faut environ 2 fois le temps de cuisson normal pour que ce soit cuit à point. En réalité, une fois l’habitude prise, c’est plutôt un avantage puisque vous n’avez plus à vous préoccuper du repas dès qu’il est dans le caisson. Si vous l’y laissez plus de temps que nécessaire, il restera bien au chaud. Vous pouvez donc vaquer à vos occupations, sortir, travailler… et vous mettre à table quand ça vous chante.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Je parraine un proche.

Magazine

Produit

Pour aller plus loin

Sélection de recettes d’Anaïs Dufourneau

Les tout premiers et fidèles lectrices et lecteurs de notre magazine ont pu, des années durant, découvrir chaque mois une nouvelle recette de cette cuisinière émérite et érudite. Elle nous a quittés il y a trois ans, mais nous ne l’avons pas oubliée.
En souvenir d’Anaïs, et pour fêter la nouvelle année, nous avons sélectionné pour vous quelques délices à réaliser, extraits de son ouvrage paru en 2006 Les Savoureuses Recettes d’Anaïs Dufourneau.

Le yoga des 5 éléments

En toutes saisons, le yoga donne raison à la nature et s’accorde avec elle dans l’harmonie de ses lois. Pour celles et ceux qui rêvent de pratiquer en communion avec les éléments naturels, voici comment faire.

Une déconnexion sensorielle…

Imaginez ne plus avoir de perception visuelle, sonore, tactile, de pesanteur, ni de sensation de température. C’est une expérience incroyable, ne serait-ce que par l’absence quasi-totale de pesanteur. Les caissons d’isolation sensorielle nous plongent dans ce vide sensoriel pour une expérience de décontraction profonde.