Des choux... Pour la cure d'automne !

Rubrique

Après l’été, pour affronter l’hiver en faisant le plein de vitamines tout en vous débarrassant des toxines accumulées par les excès, le chou est votre allié, ou plutôt les choux qui se déclinent en multiples couleurs, formes et saveurs. À vous de choisir selon vos goûts et votre humeur.

DU SAUVAGE AU CULTIVÉ
Les choux, de la famille des crucifères, sont tous issus du chou sauvage, le Brassica oleracea var. oleacera. Poussant naturellement sur les côtes atlantiques et méditerranéennes, ce dernier ne possède pas l’ampleur ni l’abondance des choux potagers et beaucoup d’entre nous ont déjà dû passer devant lui sans l’identifier. Effectivement, son feuillage est très peu abondant, juste quelques feuilles glauques surmontées d’une tige haute de 60 cm à 1 m s’achevant par une inflorescence blanche ou jaune. Seule l’odeur de ses feuilles froissées peut nous guider.

En fait, les différentes variétés de chou résultent d’améliorations pratiquées par l’horticulteur sur la racine, la tige ou encore l’inflorescence. Ce qui pour nous semble être un progrès est en fait, pour le botaniste, une monstruosité issue des manipulations d’apprentis-sorciers, les jardiniers.

Mais nous n’allons point nous en plaindre, découvrant ainsi le plaisir de la dégustation. Les Anciens avaient remarqué que le chou sauvage, prélevé dans la nature et planté entre des planches de bois dans le potager, devenait plus crépu et offrait des feuilles plus fournies. C’est ainsi qu’au fil du temps apparut le chou vert. Les manipulations purent alors débuter.

UNE PETITE CURE !
La valeur nutritionnelle de tous ces choux n’est pas égale :
en tête de liste, le chou vert, pommé, rouge ou blanc, puis par ordre décroissant le chou de Bruxelles, le chou-rave, le chou-navet et en dernier le chou-fleur.
Si vous désirez faire une cure d’automne afin de perdre l’eau accumulée en excès dans vos tissus, résorber vos œdèmes et améliorer votre état général, prévoyez d’absorber 400 g de chou par jour, la moitié crue et l’autre moitié cuite. Cela pendant une vingtaine de jours.

Jus de chou : le chou cru se digère très bien, alors n’hésitez pas. Vous pouvez procéder de deux manières. Ou vous passez les feuilles de chou dans un mixeur et n’en récupérez que le jus, ou vous passez les feuilles avec un peu d’eau au mixeur et buvez le tout. À répartir dans la journée, plutôt en début de repas. Vous avez la possibilité de rajouter du miel selon votre goût.

Soupe au chou : le chou cuit peut se révéler indigeste pour certaines personnes. Ce sont ses composés soufrés qui provoquent ces indispositions. Il suffit de plonger pendant deux à trois minutes les feuilles de chou dans de l’eau bouillante et de les récupérer dans une passoire avant de les cuisiner pour éliminer cet inconvénient. La première eau doit être jetée. Si cela ne suffit pas, saupoudrez votre soupe de cumin et de fleur de farine d’orge. Avec toutes ces précautions, vous ne devriez plus souffrir de quelconques désagréments.

Recette allégée : faites cuire 200 g de chou préalablement bouilli, un peu de céleri en branche et de poireaux dans un peu d’eau. Mixez le tout et absorbez la préparation dans la journée de préférence en fin de repas. Agrémentez de cumin et de farine d’orge.

Recette pour gourmand : dans un fait-tout, versez de l’eau, du lard fumé, 200 g de chou bouilli, carottes, pommes de terre, navets et oignons. Laissez mijoter, ajoutez du cumin et passez le mélange au mixeur. Dégustez dans la journée.

RECOMMANDATIONS
> Les personnes ayant un goitre doivent s’abstenir de prendre du chou.
> Les femmes qui allaitent doivent en manger modérément, le bébé peut ne pas apprécier le goût prononcé du chou.
> Si vous prenez un traitement médicamenteux, demandez conseil à votre médecin (risque d’interaction). Ceci est particulièrement valable en cas de traitement pour la thyroïde.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Recettes faciles et gourmandes à l’huile de coco...
Les plantes qui guérissent (Poche)
Les compléments alimentaires qui guérissent
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins