Communauté
Boutique
JE M’ABONNE

Votre magazine de santé naturelle

La maladie de Waldenström (MW)

Une pathologie qui a coûté la vie à Golda Meir, Georges Pompidou et au Shah d’Iran.

La maladie de Waldenström est une pathologie du sang qui se traduit par la prolifération d’un certain type de globules blancs, les lymphocytes B, qui vont sécréter une substance entraînant un épaississement du sang.

On dénombre effectivement 5 présidents ou chefs d’état emportés par la maladie de Waldenström (MW), par le fait du hasard très probablement. Cette pathologie concerne plutôt les hommes à partir de 30 ans et surtout à 60 ans, âge où la MW est la plus fréquente.

QUAND LES LYMPHOCYTES DÉRAILLENT…
Si la cause exacte de la MW reste inconnue, on en sait en revanche un peu plus sur son mécanisme. La MW correspond à la prolifération d’une catégorie bien particulière de globules blancs produits en excès par la moelle osseuse, les lymphocytes B, des globules blancs impliqués dans les phénomènes de l’immunité humaine. Il s’agit donc à proprement parler d’un lymphome. Pour une raison encore inconnue, ils vont se multiplier et synthétiser une catégorie particulière d’immunoglobulines, la macroglobuline*.

*La MW prend parfois l’appellation de « macroglobulinémie primaire.

… ET ÉPAISSISSENT LE SANG
La macroglobulinémie est une grosse immunoglobuline, d’où un épaississement du sang, une viscosité trop importante qui s’accompagne d’un cortège de signes, des troubles neurologiques par exemple : maux de tête, bourdonnements d’oreille, phosphènes (sensations lumineuses), vertiges, torpeur et parfois même des troubles de la conscience qui peuvent aller jusqu’au coma.

EXAMEN DE SANG
Une simple prise de sang permet de faire le diagnostic, ou de le suspecter fortement. Une ponction de la moelle retrouve un envahissement par les lymphocytes B : les cellules normales de la moelle sont comme « étouffées » par la prolifération des lymphocytes.

TRAITEMENT
Le traitement de la MW n’est pas systématique. Il dépend de l’évolution de la maladie et de sa gravité potentielle en matière d’envahissement de la moelle ou d’hyperviscosité sanguine.

Pour lire la suite et accéder à l’intégralité du site

Déjà abonné·e, connectez-vous !

Magazine

Sponsorisé

Pour aller plus loin